Promenade nocturne .

Après  » Lotus » nous avions l’intention de prolonger notre parcours numérique de Constellations par « Broken » au jardin d’Amour derrière le temple protestant mais le flot de personnes ayant assisté au mapping de la cathédrale nous en a dissuadé. Nous nous sommes contentés de flâner, sous une température de 27 degrés, pour rejoindre la voiture laissée quai Wiltzer.

Une symphonie nocturne bien agréable, rythmée par le jeu des lasers, quand les ponts s’illuminent, que l’opéra théâtre et le jardin éphémère en duo interprètent leur partition.

Scènes de rue

Pour scènes de rue chez Covix un clic sur le logo .

Pour ces scènes de rue nous continuerons notre promenade dans les rues de Metz la nuit, à l’occasion de Constellations.

Nous étions restés au pont St Georges, avec ce ballet galactique sur la Moselle. Continuons notre chemin en empruntant le quai Félix Maréchal pour nous rendre au jardin Fabert où se trouve l’installation suivante, que vous avez certainement aperçue sur les photos précédentes de Constellation. Il s’agit de Lotus créé par Nicolas Paolozzi.

Pour la mosaïque, un clic sur la photo pour la voir en grand .

Lotus est un paysage floral qui se déploie dans l’espace et dans lequel le spectateur est invité à déambuler librement. La lumière implantée sur la structure de la plante est diffusée par ses grandes feuilles, créant une ambiance évolutive relaxante. La fleur de lotus, symbole positif de renouveau et de spiritualité invite à une expérience méditative individuelle ou collective. Les dimensions de l’œuvre inversent le rapport d’échelle : l’Homme fait ici la taille d’un insecte, plongé dans une nature immense.

Metz’O , la navette fluviale

Mis en service depuis le premier juin, il nous tardait , Mireille du sablon et moi, d’essayer ce nouveau service des transports messins, le Met . C’est maintenant chose faite depuis jeudi dernier. Après un repérage des horaires à vélo au moyen pont, effectué en début de semaine , nous avons opté pour le créneau de 10 heures du matin. Un gros avantage, la chaleur est encore supportable surtout sur l’eau et il nous reste une demi heure pour nous promener à Longeville – les – Metz avant le retour vers le centre ville. Deux bateaux électriques assurent les trajets, nous testerons celui pouvant accueillir 28 passagers. Comme vous pouvez le constater sur le plan ci – dessous nous sommes bien au centre ville.

Un grand merci à Sandra et Didier pour leur accueil sur le bateau , la bonne humeur est de mise et nous en sommes ravies .

Pas de problème pour les tickets, nos cartes de bus fonctionnent aussi sur ce bateau il ne nous reste plus qu’à les scanner sur le lecteur . Si vous n’avez pas de titre de transport pas de panique vous pouvez vous en procurer un à bord .

Un clic sur chaque photo pour la voir en grand sur la mosaïque .

Sandra nous propose un petit café des notre départ , c’est un rituel pour les voyageurs du matin, elle nous confie aussi que certains habitués amènent les croissants et les viennoiseries .

Durant le trajet nous pourrons constater que l’ambiance est complètement différente de celle des trajets en bus, les voyageurs se parlent même s’ils ne se connaissent pas. Pas de bruits intempestifs, de klaxons, d’énervement, de brusque freinage , nous profitons pleinement de ce moment et d’un environnement fort agréable. Si nous voulons aller à l’extérieur pour faire des photos par exemple ou y laisser un vélo ( maximum 6 ) c’est autorisé. Il est vrai que nos bus n’ont plus de plate forme donc plus aucun moyen pour nous d’être dehors.

Une fois arrivées à Longeville nous nous dirigeons vers l’île aux Jésuites où la végétation aquatique nous réserve quelques surprises . Une multitude de petites fleurs blanches se dressent parmi les feuilles et les fleurs de nénuphars. Voilà bien la preuve que les lentilles d’eau fleurissent. Le retour se fera avec nettement plus de passagers qu’à l’aller et toujours dans la même atmosphère chaleureuse.

De retour deux jours après mais cette fois ci avec le vélo j’aurai l’occasion de prendre la plus grande navette, le Graoully ( que l’on peut apercevoir sur une des photos en bord de Moselle ) avec cette fois ci Baptiste aux commandes. Tout aussi satisfaisant ce trajet , je ne peux que conseiller ce moyen de transport, peut être moins rapide pour se rendre au travail mais tellement plus zen .

Un petit tour sur les marchés de Noël

Jeudi dernier, juste avant que la météo ne fasse des siennes, nous en avons profité, Mireille du Sablon et moi, pour aller faire un tour des marchés de Noël . Cette année visiblement la place de la République a été privilégiée pour l’installation d’un certain nombre d’animations.  

Un grand sapin , la crèche, la pyramide de Noël, le chalet qualité MOSL, la patinoire, une piste de luge, des manèges et des chalets ont investi les lieux. Il est bien agréable de circuler tranquillement dans les différentes allées. En milieu de semaine nous ne risquons pas d’être submergées par la foule comme le week – end.

Pour les fans des manèges et des photos insolites, une attraction visiblement bien appréciée nous fait prendre de la hauteur. Des chaises volantes qui tournent à 40 mètres du sol. Je ne sais pas encore si je vais franchir le pas, mais visiblement elles ne tournent pas aussi vite que celles que j’ai testées il y a bien longtemps maintenant au parc Walygator, alors je me laisserais peut être tenter.

Pour les fans des boules de Noël de Meisenthal, la nouvelle est bien au rendez vous. Baptisée, Piaf, elle est vendue dans un petit chalet seulement le jeudi de 11h à 15h .

Nous ne pourrons pas voir le sentier des lanternes car l’inauguration n’a lieu que le lendemain, dommage car c’est à deux pas, au square Boufflers.

Nous ne manquons pas d’admirer, chemin faisant, les immeubles de la place St Louis réalisés en miniature dans la vitrine d’un commerçant. Un grand bravo à Emmanuel Steinmetz pour cette maquette fort réussie. Même le carrousel est présent dans cette reconstitution.

La plus forte concentration de chalets se trouve place St Louis, une cinquantaine. Nous y retournerons certainement avec la joyeuse équipe .

La place St Jacques et ses onze chalets ne nous retiennent pas longtemps et nous arrivons place d’Armes où nous découvrons la toute nouvelle grande roue, installée elle aussi à côté de la cathédrale. Bientôt sur la façade de cette dernière nous pourrons assister à des projections lumineuses.

Pour le marché de la place de la comédie il est un peu tôt car le petit train de chalets gourmands et ses wagons n’ouvre qu’à 18h . En arrivant place de chambre nous découvrons ces fameux igloos dont parlait notre quotidien régional dans lesquels comme vous pouvez le remarquer il est possible de se restaurer.

Maintenant il ne nous reste plus qu’à découvrir tous ces sites en soirée pour profiter au maximum des animations lumineuses et de l’ambiance festive de ces marchés. Pour le froid, je confirme, il est déjà bien présent et la neige ne saurait tarder.

Et si …

Et si nous allions découvrir d’autres facettes de la Moselle ? Vous commencez à connaitre mon environnement messin maintenant, depuis mon premier blog, alors je vous propose de vous rapprocher d’un autre département, l’Alsace en nous rendant à Lutzelbourg.

Sur cette photo prise depuis le château de Lutzelbourg, vous pouvez parfaitement voir le canal de la Marne au Rhin qui traverse la commune. Vous apercevez aussi deux édifices religieux , à gauche du pont, l’église St Michel, à droite l’église luthérienne et les collines boisées tout alentour.

Lutzelbourg tire son nom du moyen allemand Lützel = petit et Burg = lieu fortifié. elle est à 113 km de Metz et à 3 km de Phalsbourg et est encore en Moselle.

La piste cyclable que vous voyez sur les photos permet de rejoindre Saverne, Strasbourg ou Sarrebourg. Inutile de vous préciser que je me suis renseignée concernant cette voie cyclable. Un papy qui accompagnait son petit fils à vélo m’a donné tous les renseignements nécessaires. Le trafic fluvial est aussi important, en l’espace de quelques minutes j’ai vu plusieurs bateaux passer l’écluse. J’ai appris toujours grâce à ce monsieur que la location était possible à quelques kilomètres. Une façon de voyager qui me tenterait bien …

Nous allons prendre maintenant de la hauteur en nous rendant au château dont je vous parlais au début de cet article. Un circuit de 3 km vous permet de le rejoindre à pied ( un clic ici ) . Mais pas d’inquiétude pour celles et ceux qui ne se sentiraient pas en forme, vous pouvez aussi y accéder en voiture.

Ce château, dominant la vallée de la Zorn, se trouve sur un promontoire rocheux de 322 mètres. Il a été fondé par Pierre de Lutzelbourg au XI ème siècle. Il fera l’objet d’un autre article prochainement.

Lundi soleil

# lundi soleil chez Bernieshoot un clic sur le logo.

Je vous propose le ciel changeant de ma sortie de dimanche. Il valait mieux attendre 16 heures pour la promenade, pour ne pas risquer d’être surprise par la pluie qui a joué avec le soleil avant. Le vent s’était bien levé et la valse des nuages était très rapide. J’avais laissé le destrier chez moi, craignant une trop forte fréquentation de la véloroute, mais force fut de constater que les cyclistes n’étaient pas venus en nombre. La marche est bien agréable aussi surtout à cette vitesse là ( 5 km/h), pas question de passer à la vitesse supérieure en mode performance à moins d’y être forcée comme la dernière fois quand je suis revenue de Constellations aux environs de minuit. Là, si je me souviens bien, j’étais aux environs de 7 km/h, mais rien à voir avec la marche sportive de 17km/h des champions.

Art et jardins

Hier nous nous sommes retrouvées, Mireille du Sablon et moi , sur ces chemins jalonnés de fresques ou d’installations, à voir tout en profitant au maximum de la nature, hyper présente dans notre ville. De la porte des Allemands au canal de Jouy, il est possible de se promener sur le parcours « art et jardins » où patrimoine et paysage dialoguent, c’est un réel plaisir de les découvrir ou de les redécouvrir.

Tout d’abord nous retrouvons les abords du plan d’eau en descendant de l’Esplanade. Puis nous nous sommes dirigées vers le pont, oups comment s’appelle – t – il celui qui mène au temple protestant. Ah oui, il a changé de nom au cours des ans, d’abord nommé pont de Chambre, il prendra le nom de Felsenbrücke pendant l’annexion, et actuellement pont des Roches, renouant ainsi avec le nom du quartier au moyen âge.

Avec « Metz toi au vert » Monsieur Plant nous transmet son message réalisé en mousse végétale.

Toujours aussi sympathique cette promenade avec ces jardinières fleuries qui multiplient les couleurs de l’été. Un peu plus loin nous passons sur la passerelle des Roches avec vue imprenable sur le pont de la préfecture.

C’est au jardin éphémère que nous faisons une petite halte avant de poursuivre notre chemin vers les ruines de l’église St Livier, sans oublier de saluer notre Graoully brumisateur.

Construite au VIIIème siècle, réaménagée au XIIIème siècle, puis encore au XVème siècle, elle sera abandonnée et transformée en appartements après la révolution de 1789. Quand on construira les immeubles modernes en 1970, on choisira de la détruire presque entièrement, en ne gardant que les ruines de l’avant du bâtiment.

Saint Livier  fut un soldat Messin qui défendit la ville contre Attila au Vème siècle, qui fut fait prisonnier, puis décapité par ces ennemis du christianisme.

Près de la médiathèque Verlaine nous apercevons une nouvelle fresque murale , proxima centauri , œuvre de 25HY composée d’illustrations abstraites et de figures géométriques, représentant ce qui se trouve à l’intérieur de la médiathèque. X pour les livres, les ronds à gauche font référence aux dvd et Cd , un jeu du snake en bas à gauche, les pixels pour le numérique, la planète pour les sciences etc…

Nous sommes allées jusqu’à la basilique St Vincent mais celle – ci n’était pas ouverte le lundi, ce n’est que partie remise pour Mireille qui n’a pas vu l’installation « paysage immatériel » qui s’y trouve. Il nous reste de toute façon un certain nombre encore d’installations et le parcours numérique de nuit à découvrir.