L’eau dans l’espace / la vie ailleurs

Je vous vois sceptique en lisant le titre de l’article. Je vous rassure je n’ai nullement l’intention d’imiter Jeff Bezos pour vous livrer mes impressions depuis une fusée. Non, je suis simplement allée sur le parcours Pierres numériques dans le cadre de Constellations à Metz. La thématique de l’eau dans l’espace a inspiré les artistes et je vous propose de me suivre dans cette découverte.

Quand je m’engage sur le pont des morts , il doit être aux environs de 21h 30. La presque pleine lune s’invite ce jeudi soir ( si je ne me trompe pas elle sera totalement pleine samedi). J’ai hésité à prendre mon destrier, mais ne sachant pas trop où le laisser de nuit sans risque d’emprunt forcé, j’ai préféré me rendre en ville à pied.

Le cloud , sur la terrasse de l’opéra théâtre sera ma première installation interactive. Le public est bien au rendez – vous et je patiente dans la première file pour aller la découvrir, plan vigie pirate oblige. Me voilà bientôt à actionner telle une marionnettiste un certain nombre de tirettes de cette sculpture composée de 6000 ampoules recyclées. Bien entendu les mimines ont été passées au gel hydroalcoolique, juste avant de monter les marches. Le nuage vit, déclenchant des éclairs au gré des actions de chaque marionnettiste. Il est tout aussi intéressant d’être spectateur qu’acteur

Ma deuxième installation sera à l’intérieur du temple neuf , elle s’intitule Exo par le collectif Playmodes . Un dialogue s’installe entre un groupe d’entités cosmiques. La communication est constituée par un échange de sons et de lumières, une langue rythmée par les séquences audiovisuelles.

La troisième installation  » cosmic uroboros » par c4rt0 et Ena Eno m’a transportée dans l’infiniment grand à partir d’un photon qui s’intègre à l’atome. Une œuvre immersive vraiment géniale. Je n’ai pas de photographies à vous montrer, elles étaient interdites, mais franchement je conseille vivement cette installation.

J’ai continué par le numéro 8 du parcours « Ici et ailleurs », un concours international de mapping vidéo sur la façade néoclassique de l’église St Clément ( dont je vous ai montré l’intérieur dans un autre article). Ce sont 10 artistes qui nous proposent leur création. Le public peut voter au moyen d’un QR code, non pas votre pass sanitaire 😉 pour pong , 639hz, ondes, blop, the other side of the light, proxima, sérendipité, the failing simulation, swarm intelligence, ou interphenom. J’avoue que j’ai eu beaucoup de mal à choisir, aussi me suis je abstenue pour cette fois ci. De toute façon il me reste d’autres installations à découvrir et l’été n’est pas fini .

Je rappelle aux personnes qui voudraient découvrir ce parcours numérique, qu’il a lieu le jeudi, vendredi et samedi soir à la nuit tombée. Voir ici

Le tableau du samedi

Pour le  tableau du samedi initié par Lady Marianne et poursuivi par Lilou et Fardoise un clic sur le logo.

Pour ce thème du bleu, judicieusement proposé par Fardoise pour cet été enfin revenu , je vous propose une œuvre de René Magritte intitulée :

Le Chef d’œuvre ou les mystères de l’horizon ( 1955)

Que voyons nous ? Trois hommes au chapeau melon, avec trois lunes qui se dessinent au dessus de leur tête dans un ciel indigo. La terre aussi se teinte de cette même couleur bleutée, comme si la nuit n’avait qu’elle à disposition. À l’horizon, une ligne plus claire laisse apparaitre les toits d’un village et les silhouettes de quelques arbres.

Ces trois hommes, qui sont pourtant sur le même plan, semblent habiter un espace différent, chacun dans une réalité qui lui est propre. Le premier regarde droit devant lui , le second est légèrement tourné vers la gauche et le troisième vu de profil tourne le dos aux deux autres. On peut se demander si ces trois hommes n’en font en réalité qu’un, vu à des moments différents. Une sorte de miroir, à plusieurs facettes de cet homme au chapeau melon, souvent représenté chez Magritte, comme par exemple dans le tableau « les rêveries du promeneur solitaire » ou celui de « Décalcomanie ».

Toutes les interprétations sont possibles, car visible et invisible se côtoient. Je vous laisse libre de choisir celle qui vous plait le mieux. En tout cas, j’aime beaucoup ce surréalisme qui nous parle de nos images mentales et du décalage qui peut exister avec la réalité.

« Je veille, dans la mesure du possible, à ne faire que des peintures qui suscitent le mystère avec la précision et l’enchantement nécessaire à la vie des idées » Précise René Magritte  

Clic – clac

Le Clic Clac  chez Tortue ( clic)  , c’est une photo publiée le vendredi pourvu qu’elle soit rigolote, insolite, amusante, poétique, anodine.

Comme le soleil est au rendez vous de la semaine, je vous propose de faire un petit tour à la plage. Comment ? à Metz ? Eh oui jusqu’au 17 aout la treizième édition de Metz plage se tient au plan d’eau. Comme vous pouvez le constater les jeux aquatiques y tiennent une bonne place.

Mais pas seulement, il existe de nombreuses autres animations, comme par exemple ce jeu de réflexe et bien sur le farniente sur le sable.

Le ruban de tes idées flotte ..

Pour l’atelier 159 de Ghislaine un clic sur le logo.

Les mots : silence, ruban, chemisier, gamine, jouer, savoir, pouvoir, miner ou inclure la phrase « tu sais ce que » ou ressenti sur l’image.

Silence, loin des cris chante la bienveillance.

Le ruban de tes idées flotte sans dissonance

Là où la gamine, au chemisier d’enfance,

Peut encore jouer sans miner son insouciance

Tu sais ce que son coeur a mis dans la balance,

Alors n’attends pas, laisse lui donc sa chance.

Art et jardins

Hier nous nous sommes retrouvées, Mireille du Sablon et moi , sur ces chemins jalonnés de fresques ou d’installations, à voir tout en profitant au maximum de la nature, hyper présente dans notre ville. De la porte des Allemands au canal de Jouy, il est possible de se promener sur le parcours « art et jardins » où patrimoine et paysage dialoguent, c’est un réel plaisir de les découvrir ou de les redécouvrir.

Tout d’abord nous retrouvons les abords du plan d’eau en descendant de l’Esplanade. Puis nous nous sommes dirigées vers le pont, oups comment s’appelle – t – il celui qui mène au temple protestant. Ah oui, il a changé de nom au cours des ans, d’abord nommé pont de Chambre, il prendra le nom de Felsenbrücke pendant l’annexion, et actuellement pont des Roches, renouant ainsi avec le nom du quartier au moyen âge.

Avec « Metz toi au vert » Monsieur Plant nous transmet son message réalisé en mousse végétale.

Toujours aussi sympathique cette promenade avec ces jardinières fleuries qui multiplient les couleurs de l’été. Un peu plus loin nous passons sur la passerelle des Roches avec vue imprenable sur le pont de la préfecture.

C’est au jardin éphémère que nous faisons une petite halte avant de poursuivre notre chemin vers les ruines de l’église St Livier, sans oublier de saluer notre Graoully brumisateur.

Construite au VIIIème siècle, réaménagée au XIIIème siècle, puis encore au XVème siècle, elle sera abandonnée et transformée en appartements après la révolution de 1789. Quand on construira les immeubles modernes en 1970, on choisira de la détruire presque entièrement, en ne gardant que les ruines de l’avant du bâtiment.

Saint Livier  fut un soldat Messin qui défendit la ville contre Attila au Vème siècle, qui fut fait prisonnier, puis décapité par ces ennemis du christianisme.

Près de la médiathèque Verlaine nous apercevons une nouvelle fresque murale , proxima centauri , œuvre de 25HY composée d’illustrations abstraites et de figures géométriques, représentant ce qui se trouve à l’intérieur de la médiathèque. X pour les livres, les ronds à gauche font référence aux dvd et Cd , un jeu du snake en bas à gauche, les pixels pour le numérique, la planète pour les sciences etc…

Nous sommes allées jusqu’à la basilique St Vincent mais celle – ci n’était pas ouverte le lundi, ce n’est que partie remise pour Mireille qui n’a pas vu l’installation « paysage immatériel » qui s’y trouve. Il nous reste de toute façon un certain nombre encore d’installations et le parcours numérique de nuit à découvrir.

Scènes de rue

Pour les scènes de rue chez Covix, je vous propose quelques photos supplémentaires de « l’animaniversaire » du festival Hop hop hop de Metz , compagnie du deuxième gâteau. Une façon humoristique de célébrer un anniversaire, ici la 12ème édition de Hop hop hop. Des prestations de grande qualité, du personnel à la hauteur avec lequel les surprises sont toujours au rendez – vous !

Pour voir en plus grand les photos de la mosaïque vous pouvez cliquer sur chacune d’entre elles.

Bonne journée

Lundi soleil

# lundi soleil chez Bernieshoot un clic .

Pour ce lundi ensoleillé, je ne vais pas tarder à prendre mon destrier, qui n’est peut être pas rouge, mais mon casque, lui, arbore cette couleur. Sur la photo, mon vélo n’est pas seul , une version électrique joue les vedettes à deux pas. Pour l’instant, mon destrier n’a pas de souci à se faire, je ne le remplacerai pas tout de suite, mais je ne dis pas plus tard, quand mes muscles feront la tête, j’aviserai.

Bon lundi à toutes et tous

La femme qui lâche l’époux pour l’amant

Mil et une

ICI

Sujet 22/2021 – Quinzaine « jeu de l’été » – du 10 au 24/07

J’ai trouvé particulièrement intéressant de fêter l’anniversaire de Jean De La Fontaine avec ce jeu de l’été. C’est pourquoi j’ai choisi une réécriture, axée sur l’homme, de la fable : « Le chien qui lâche sa proie pour l’ombre. » que vous trouverez ici

Chaque   homme   se    trompe   ici  bas.

On      voit  courir    après le bel amant

Tant   d’épouses,   qu’on   ne   sait   pas,

La plupart du temps d’où vient cet allant

*

Au  début  de  l’histoire,  il  faut  les renvoyer.

Cette femme qui sur un mur facebook aperçut

La  photo de l’époux , se vit de suite trompée.

La   colère   monta   et  la  vengeance  conçut.

À  toute  peine  elle  n’opposa  pas  son  corps,

Et  n’eut  pas  de  mal   à  trouver  réconfort .

Bon dimanche

Comme promis je vous montre la fresque de Leskule terminée, et sous le soleil. J’avoue que je n’y croyais pas trop en début de semaine à ce retour d’Hélios. Il est bien là et hier j’en ai profité pour sortir mon destrier destination centre ville. J’ai pris bien soin d’éviter la manifestation organisée à partir de 14h pour privilégier le festival hop hop hop dont le village se tient place St Louis.

Quel plaisir d’ assister à cet animaniversaire de la compagnie du deuxième gâteau. J’avoue avoir bien ri de toutes les situations cocasses mises en place par cette troupe. La météo était à l’unisson et là aussi c’était vraiment bien agréable de n’avoir ni trop chaud ni trop froid pour regarder le spectacle . Comme vous pouvez le voir sur les photos il y avait beaucoup de public pour assister à cet animaniversaire. Les règles de sécurité sanitaire ( masque ) étaient appliquées dans cet espace restreint ce qui ralentira peut être l’éventuelle propagation du delta pour de telles manifestations (j’ai bien dit ralentir). Je serais curieuse de savoir combien sont vaccinés.

Comme la météo a l’air au top encore aujourd’hui, je vais essayer d’assister à un autre spectacle.

Bon dimanche à toutes et tous.

Le tableau du samedi

Pour le  tableau du samedi initié par Lady Marianne et poursuivi par Lilou et Fardoise un clic sur le logo.

Pour ce thème du bleu, judicieusement initié par Fardoise pour compenser le gris de la semaine, je vous propose  » le monde rouge et noir ou soleil rouge » de Marc Chagall. Oui, je sais, la couleur demandée est le bleu, mais comme vous pouvez le remarquer, elle n’est pas absente de ce tableau.

Ce tableau est l’une des œuvres les plus célèbres du peintre. Ce carton de tapisserie a été réalisé en 1951 et s’inscrit dans le projet de Vence où Chagall s’est installé. L’artiste reprend l’illustration de la Bible, commencée il y a 20 ans, en réalisant des dessins, et des tableaux tirés de l’ancien testament .

J’aime beaucoup la façon dont l’artiste nous fait entrer dans son univers de rêveur conscient. Le choix des sujets montre à la fois une parfaite connaissance du texte biblique et une grande liberté par rapport à la tradition. De tres nombreux animaux peuplent l’univers de l’artiste, nous retrouvons ici la chèvre. L’animal accompagnait souvent les troupes itinérantes de saltimbanques et musiciens lors des fêtes de la communauté juive de Vitebsk . On peut remarquer qu’ici cet animal est représenté avec des mains enlaçant une grande gerbe de fleurs, fleurs également présentes sur la robe bleue et au dessus de l’oiseau. Ce dernier est rouge contrairement à celui du « paysage bleu » qui revêt cette couleur. Le bleu aussi est utilisé pour la représentation du village et de l’attelage qui en sort. Le musicien semble être en apesanteur, une forme de sérénité enveloppe cette scène où Marie peut tout aussi bien être une mariée. Il y a pour moi une part de magie dans cette façon de réinventer les personnages et leur univers, sans oublier qu’il inscrit aussi dans chaque tableau peint, une part de sa vie.

Je vous propose aussi pour plus d’adéquation avec la couleur demandée  » le paysage bleu »