Classic Metz’ival

Je viens de me rendre compte que je ne vous ai pas informés de la tenue de ce festival. Sur facebook oui , mais pas ici. Désolée, mais je suis un peu perturbée par les farces météorologiques que nous joue ce mois de juillet, et aussi par les agitations régulières que provoque l’opposition des pro et anti vaccins. Les deux se rejoignant parfois le samedi pour rendre difficile l’accès au lieu de concert. J’ai bien cru ce dernier samedi que je n’arriverais jamais à temps en l’église St Maximin, pour le premier concert du festival donné par l’ensemble de l’Ill et Guillaume Gravelin. Tout semblait se liguer pour me mettre des bâtons dans les roues ( euh, pas les miennes mais celles du bus ). La manifestation des anti – pass s’éternisait et la déviation perdurait. Autant vous dire qu’avec l’orage qui venait d’éclater, l’éloignement de l’arrêt n’était pas vraiment souhaitable. Il tombait des cordes et les éclairs s’en donnaient à coeur joie. Heureusement miracle, la conductrice du bus m’annonça avec un grand sourire dans la voix, ( si, si, je vous assure c’est perceptible même à travers le masque) que le champ était enfin libre et que je pourrai descendre comme prévu à l’arrêt normal. Vous dire que la fin du parcours à pied a été de tout repos, non, je mentirais, car le tonnerre, en prologue au concert , avait mis de grandioses percussions au programme. Mais je suis arrivée à l’heure pour profiter de formidables moments de grâce avec ce harpiste de talent et l’ensemble de l’Ill.

Comme à son habitude Aurélien Sauer nous a présenté les différentes mélodies que nous allions entendre avec talent, insistant sur une démarche propre à cet ensemble de proposer non seulement des musiciens bien connus, mais aussi ceux qui méritent d’être entendus et que l’on a tendance à oublier.

Guillaume Gravelin a débuté le concert avec un impromptu de Gabriel Fauré. Puis nous avons découvert les mélodies russes d’après Glinka du compositeur Eduard Hermann que l’ensemble a adapté au violon, alto , violoncelle et harpe. Un régal.

La joie pour cet ensemble de retrouver leur public en cette église de St Maximin était bien palpable, le virtuel ne remplaçant jamais le présentiel.

Un grand merci à Guillaume Gravelin harpe, Marion Hegenhauser, Hélène Habig violon, Aurélien Sauer alto, Timothée Bohr violoncelle pour cet excellent moment passé en leur compagnie.

Il reste encore de superbes instants à partager jusqu’au premier aout un clic ici pour voir le programme