Le mot mystère

Pour le mot mystère chez Lilou un clic sur le logo .

Le mot à trouver synallagmatique : adjectif employé dans les contrats contenant une obligation réciproque entre les deux parties .

Les anagrammes sont soulignées dans le texte .

Qui aurait dit qu’ Amélia , cette gamine taquine et intrépide , fan de gymnastique , que son papa Miquel appelait son petit singe , choisirait, une fois adulte, le droit et maitriserait à la perfection le contrat synallagmatique ? Elle qui s’amusait à grimper dans les arbres et ne manquait pas de se lancer avec des lianes au dessus de l‘étang, atterrissant souvent dans la lysimaque des berges. Maintes fois les ligaments des chevilles étaient mis à contribution lors de ces expéditions, mais par miracle, il n’y eut aucune tuile à déplorer.

Non, personne n’y aurait pensé , pas même sa meilleure amie d’enfance, Yuliana, avec laquelle elle partageait quasiment tout et surtout ce superbe livre d’images qui allumait dans leurs yeux un bouquet d’étoiles. Un instant de magie, loin de ce satané Austin , leur voisin , sortant une insulte à la minute quand elles avaient le malheur de passer devant chez lui. Persuadé qu’ il était le seul à posséder des qualités , il n’hésitait pas à les traiter de nullités , incapable de différencier une amanite d’un rosé des bois. Le tænia dont il avait été la victime des mois durant l’avait rudement changé, lui qui passait pour un saint auprès de ses parents. Il était devenu fuyant comme une anguille et se réfugiait toujours sous ce masque d’agressivité.

Longtemps Amélia l’ignora, se moquant bien de ses invectives mais le jour où, par hasard, ils se retrouvèrent sur les mêmes bancs de la faculté de droit, elle fut ravie de constater que le mental d’Austin avait évolué. Le travail d’analyse qu’il avait effectué sur lui – même avait porté ses fruits.

Bonne année 2022

Dans un dernier souffle 2021 a cédé la place à 2022 , la rigueur ne semble pas atteindre les températures qui caracolent au dessus des 10 degrés . Si cette douceur facilite les déplacements en cette période de fête, ce dont nous ne serions nous plaindre , qu’augure – t – elle pour  notre avenir et celle de notre planète ? Que dire aussi de cette omniprésence du virus , devrons nous toujours composer avec lui ? Des questions qui pour l’instant restent sans réponse et qui nous incitent à profiter au maximum du temps présent.

Alphonse Allais disait :

« Je ne prendrai pas de calendrier cette année, car j’ai été très mécontent de celui de l’année dernière ! » Nous ne sommes pas loin de penser la même chose à cause de ce fichu virus.


Après les heures plus ou moins sombres de cette année 2021, je vous souhaite des pages  pleines d’étincelles de bonheur et pétillantes de santé pour le livre de l’année 2022 . Que les mots lumière, sagesse, fraternité , amour, amitié, sérénité soient  ses principaux chapitres .

Tout le meilleur à vous toutes et tous pour cette nouvelle année .

Bon dimanche

Une crèche que j’avais eu l’occasion de voir il y a quatre ans et qui s’est installée de nouveau dans l’église Ste Ségolène . D’autres maisons et santons de ce village de Provence sont à découvrir cette année, cette crèche itinérante étant installée jusqu’au 16 janvier , je crois qu’une sortie s’impose en ces lieux .

P1070123

En évitant les grand-routes
Et les agglomérations
On se moque des gendarmes
Des menées de la nation

*
Et l’on injurie Hérode
Le vénal le malappris
Qui confond c’est bien commode
Les parias et les brebis

*

Mais on marche dans la neige
Et soudain l’on aperçoit
Un brin de fumée qui trempe
Dans le vase bleu d’un toit

*

On pourrait qu’en dis-tu femme
S’arrêter là cette nuit
Une fois n’est pas coutume
De dormir dans un bon lit

*
L’âne rit l’âne respecte
La parole du patron
Cependant Marie inspecte
D’un coup d’œil les environs

*
Les voici devant l’auberge
L’aubergiste a beaucoup bu
Il sent le rhum et l’absinthe
L’estomac les oignons crus

*
Quand ils furent dans l’étable
Que Joseph eut bien pleuré
À la plus grosse des poutres
Une étoile s’alluma

*
Et le ciel comme une terre
Qui longtemps a manqué d’eau
Aspira jusqu’à son centre
L’enfant-roi dans son maillot.

René Guy Cadou

P1070126

Info Lilou

Je relaye ici ce que Lilou m’a mis en commentaire. Voici ce qu’elle nous dit :

Bonjour à tous. Je me permets de passer par Gisèle, car j ai de gros problèmes internet et que probablement pas de solution avant mardi prochain. Je ne peux rien publier. Mes excuses à Gisèle pour squatter chez toi et si tu peux diffuser l info. Il n’ y aura pas de mot la semaine prochaine. Rdv lundi 27 pour le jeu avant la trêve des confiseurs.
Amitié à toutes et à tous.

Merci

Merci à vous toutes et tous pour vos charmantes attentions à l’occasion de mon anniversaire. Je ne serai pas encore très présente aujourd’hui, car la fête continue avec ma petite tribu au grand complet. Eh oui, ce n’est pas tous les jours que je franchis une dizaine !

À bientôt , je vous souhaite un excellent dimanche

Bisous

Clic- clac

Le Clic Clac  chez Tortue ( clic)  , c’est une photo publiée le vendredi pourvu qu’elle soit rigolote, insolite, amusante, poétique, anodine.

Je vous propose de découvrir dans le tres beau parc du château d’Epeyssoles, un mirage , non, non, pas celui des déserts mais un avion .

Je ne sais pas le comment du pourquoi de sa place ici , mais je sais que le célèbre cuisinier Georges Blanc propriétaire des lieux, rêvait de piloter des avions.

L’eau dans l’espace / la vie ailleurs

Je vous vois sceptique en lisant le titre de l’article. Je vous rassure je n’ai nullement l’intention d’imiter Jeff Bezos pour vous livrer mes impressions depuis une fusée. Non, je suis simplement allée sur le parcours Pierres numériques dans le cadre de Constellations à Metz. La thématique de l’eau dans l’espace a inspiré les artistes et je vous propose de me suivre dans cette découverte.

Quand je m’engage sur le pont des morts , il doit être aux environs de 21h 30. La presque pleine lune s’invite ce jeudi soir ( si je ne me trompe pas elle sera totalement pleine samedi). J’ai hésité à prendre mon destrier, mais ne sachant pas trop où le laisser de nuit sans risque d’emprunt forcé, j’ai préféré me rendre en ville à pied.

Le cloud , sur la terrasse de l’opéra théâtre sera ma première installation interactive. Le public est bien au rendez – vous et je patiente dans la première file pour aller la découvrir, plan vigie pirate oblige. Me voilà bientôt à actionner telle une marionnettiste un certain nombre de tirettes de cette sculpture composée de 6000 ampoules recyclées. Bien entendu les mimines ont été passées au gel hydroalcoolique, juste avant de monter les marches. Le nuage vit, déclenchant des éclairs au gré des actions de chaque marionnettiste. Il est tout aussi intéressant d’être spectateur qu’acteur

Ma deuxième installation sera à l’intérieur du temple neuf , elle s’intitule Exo par le collectif Playmodes . Un dialogue s’installe entre un groupe d’entités cosmiques. La communication est constituée par un échange de sons et de lumières, une langue rythmée par les séquences audiovisuelles.

La troisième installation  » cosmic uroboros » par c4rt0 et Ena Eno m’a transportée dans l’infiniment grand à partir d’un photon qui s’intègre à l’atome. Une œuvre immersive vraiment géniale. Je n’ai pas de photographies à vous montrer, elles étaient interdites, mais franchement je conseille vivement cette installation.

J’ai continué par le numéro 8 du parcours « Ici et ailleurs », un concours international de mapping vidéo sur la façade néoclassique de l’église St Clément ( dont je vous ai montré l’intérieur dans un autre article). Ce sont 10 artistes qui nous proposent leur création. Le public peut voter au moyen d’un QR code, non pas votre pass sanitaire 😉 pour pong , 639hz, ondes, blop, the other side of the light, proxima, sérendipité, the failing simulation, swarm intelligence, ou interphenom. J’avoue que j’ai eu beaucoup de mal à choisir, aussi me suis je abstenue pour cette fois ci. De toute façon il me reste d’autres installations à découvrir et l’été n’est pas fini .

Je rappelle aux personnes qui voudraient découvrir ce parcours numérique, qu’il a lieu le jeudi, vendredi et samedi soir à la nuit tombée. Voir ici