Pause forcée

Mon ordinateur a décidé de faire la grève des voyelles. Je n’arrive plus du tout à l’ouvrir mon mot de passe comportant bien entendu celles -ci.

Je ne maitrise pas assez bien le téléphone pour faire des articles. Je vais essayer de résoudre rapidement le problème.

Bon dimanche et bonne semaine

Nous partons ce dimanche dans la Somme chez le fiston , je ne serai donc pas présente cette semaine sur mon blog ni sur les vôtres . Ne vous étonnez pas de voir quelques billets, ils ont été programmés.

Bien sur, nous laisserons notre bulletin dans l’urne avant de partir et essayerons de prendre la route de bonne heure pour ne pas trop souffrir de la chaleur qui s’annonce encore forte .

Bonne semaine à vous toutes et tous

Jeudi poésie

Pour ce défi 266 des Croqueurs de mots, Durgalola ( clic) à la barre nous propose pour ce jeudi poésie de faire des acrostiches avec les mots paix et joie .

P artir dès le matin, le ciel à portée de main,

A vec pour bagage l’éclat du jour nouveau,

I rrésistible aubade par monts et par vaux

X fois répétée sur le bord du chemin.

*

J ouer avec l’oiseau libre de toute cage,

O reille à l’écoute de tout message,

I l importe de voler loin des nuages

E n se laisser bercer par tous les ramages.

Bon dimanche

Un petit coucou pour vous dire que j’aperçois la petite tribu , ma maitresse ne pourra donc pas être présente sur l’ordinateur aujourd’hui , étant fortement occupée en cuisine. J’espère bien qu’elle me laissera un petit quelque chose à grignoter !

Elle me charge de vous souhaiter à vous toutes et tous un bon dimanche .

Miaouh

Le blanc nouveau est arrivé

Le blanc nouveau est arrivé dans la nuit de vendredi à samedi . Une sacrée surprise que n’avait pas trop prévue la météo, qui nous annonçait de la pluie à gogo. Puis les nuages ont changé d’option, ils ont actionné la version neige vers 22h . De l’eau, nous en avons eu toute la journée du vendredi, comme vous pouvez le constater sur la photo, certains chemins se sont même transformés en rivière avant que le gel ne fige le tout .

Dans le parc, les cerisiers en fleurs ont bien triste mine , je n’ose imaginer le sort des nouveaux arbres plantés.

Tout comme les tulipes du jardin qui se recroquevillent pour contrer les caprices d’avril .

J’aurais du regarder les dictons du jour :

à la sainte Julie, le soleil ne quitte pas son lit

La lune d’avril nouvel, ne passe pas sans gel

Jeudi poésie

J’ai choisi pour ce jeudi et le thème de la musique un poème d’Esther Granek

J’ai attrapé un chant d’oiseau

J’ai attrapé un chant d’oiseau
Et je l’ai mis dans ma guitare.
Il en sort un refrain de paix
Qui fait trêve de mes regrets.

J’ai rapporté des verts coteaux
Un peu de leurs parfums sauvages.
J’ai rapporté couleurs de mai
Et les ai mises en un bouquet.

J’ai emporté dans mes voyages
Et ta présence et ton visage.
Et c’est comme un cadeau des cieux
Car étant seul je suis à deux.

Esther Granek, Portraits et chansons sans retouches, 1976

Le mot mystère

Pour le mot mystère chez Lilou un clic sur le logo .

Le mot à trouver : recrobiller ou recorbiller : se contracter en parlant du parchemin , des feuilles de papier, au figuré regimber

Les anagrammes sont soulignées dans le texte.

Par cette belle journée de printemps, Brice a décidé de quitter son oreiller de bonne heure ce dimanche. En écolier modèle, il s’est libéré de tous ses devoirs la veille, et comme le soleil brille, il entend bien bricoler un abri pour permettre à Orrell le bélier de rester dehors. Mais quand il traverse la cour de la ferme, il s’aperçoit bien vite que quelque chose ne colle pas. Lorrie, son bearded – collie n’y est pas et la porte de la grange est ouverte. Il ne se berce pas d’illusion en la poussant, le box d’Orrell est vide. A t il voulu se recrobiller ? Il ne veut pas y croire . Inutile de se mettre en colère après qui que ce soit, il a peut être oublié de bien fermer le loquet . Il saute sur son vélo sans oublier de cibler les endroits où le duo pourrait être allé. Le premier chemin qu’il emprunte mène à la rivière, Lorrie a l’habitude de s’y baigner, on ne sait jamais. Quand il arrive près du vieux chêne couvert de lierre, il les aperçoit tous les deux courant sur l’autre rive, Lorrie essayant désespérément de se faire obéir du bélier . Libre comme l’air ce dernier en profite et ne songe nullement à rentrer. Mais heureusement arrive un cul de sac où il reste piégé, la chienne le maintiendra en place jusqu’à ce que Brice arrive.

Jeudi poésie

Renaissance de la nature

Lorsqu’un printemps renaît, tout s’éveille en silence !
Avec ses rayons d’or, arcs-en ciel et couleurs,
Le soleil fait la fête en offrant mille fleurs
Et les oiseaux leurs chants pour ce jour qui s’élance.

Saison de renouveau sans autre équivalence,
Elle fait oublier froidures et douleurs…
Sur un vent adouci, des éclats enjôleurs,
La nature, un matin, sort de sa somnolence.

Le poète, à l’affût, cueille les premiers mots :
Primevère ou lilas, reflets vifs de émaux…
Pour les peindre à sa toile où vole son esprit.

Car viendra cet automne ou il faudra se taire
Et ne plus embellir un rêve à son écrit,
Pour entendre, en secret, tous les sons de la terre !

Dominique Simonet