Un mois émoi

Pour ce défi   du mois écoulé, initié par Renée repris par Martine quai des rimes, un clic sur la photo logo.

Alors que le début avril mettait le soleil sur un piédestal et que la nature le saluait de bien belle façon, sa majesté hiver est revenu à la charge le 8 avril . L’offensive n’a pas duré bien longtemps puisque le lendemain le blanc avait disparu.

Nous avons pu tranquillement faire le tour du chapiteau du livre en fête et assister aux conférences sans risque de glissages.

Le 12 avril c’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé l’amirale des Croqueurs de mots, Domi et fait la connaissance en  » présentiel  » ( comme il est coutume de dire maintenant ) d’Andrée ( Durgalola) . Nous avons profité de cette magnifique météo pour nous promener le long de l’eau tout en devisant sur de nombreux sujets. Nos amis quatre pattes y étant fort présents.

Le destrier a pu sortir sans souci , la pluie se faisant vraiment rare ce mois – ci . Ce temps ensoleillé m’a permis aussi d’aller souvent au jardin qui avait bien besoin qu’on s’occupe de lui. Inutile de préciser que j’ai été tres bien accueillie par Manouche le squatter du jardin.

Petite sortie sur les pelouses calcaires du St Quentin le 19 avril, non pas à vélo, je n’ai plus ni les jambes ni le souffle pour la grimpette . Les anémones pulsatiles étaient bien présentes, le mois de mai verra les orchidées.

Ce mois – ci a été aussi l’occasion de lire plusieurs ouvrages avec un grand coup de coeur pour le dernier.

Le 24 avril nous avons fêté avec la petite tribu au grand complet l’anniversaire du fiston sans oublier pour chacun d’entre nous de mettre notre bulletin de vote dans l’urne .

Bon premier mai à toutes et à tous

Un mois émoi

Pour ce défi   du mois écoulé, initié par Renée repris par Martine quai des rimes, un clic sur la photo logo. Pour voir les photos en grand un clic sur chacune d’elles .

Un mois de mars très agréable côté météo, qui m’a permis de sortir en bonne compagnie à pied, ou seule d’enfourcher mon destrier pour de petites virées, sans me geler les doigts .

Le 5 mars partis du pont de Longeville nous avons gagné le plan d’eau pour une promenade bien ensoleillée . Les saules pleureurs commençaient juste à se teinter de vert.

Le 14 mars, notre petite tribu vosgienne nous a rendu visite. Le magnifique bouquet ci – dessus a tenu 15 jours malgré quelques assauts de Sybelle et maintenant il continue sa vie de bouquet sous forme sèche.

Le 20 mars, nous avons effectué quelques arrêts sur le parcours d’artistes du centre ville, notamment dans l’église St Vincent voir ici et dans la rue des écoles où de nombreuses créations étaient exposées.

Le 21 mars, j’ai revu avec grand plaisir Elisabeth qui accueille le printemps dans son jardin avec beaucoup de talent pour la décoration. Un grand merci à toi pour ton accueil toujours aussi chaleureux et pour le livre choisi pour mon anniversaire.

Le 23 mars nous sommes allées , Mireille du Sablon , Geneviève et moi à Woippy plage . Non, non, pas de baignade de prévue, malgré le soleil l’eau ne devait pas être chaude. Les oiseaux n’étaient pas tous au rendez – vous, les nids devaient être jalousement gardés dans l’île, mais nous avons quand même pu croiser toute une famille d’ouettes . Merci Mireille pour le gâteau dégusté lors d’une pause sur un banc .

Le 24 mars nous avons rejoint le vallon des bruyères au St Quentin , les arbres ont subi plusieurs tempêtes et certains ne résistent pas, un mikado géant s’affichant sur certains versants du mont .

Confrontée suite à un problème médical de mon mari à la prise de rendez vous dans un cabinet de radiologie, j’ai pu voir combien il était devenu difficile d’obtenir gain de cause, même si l’ordonnance est établie par un médecin de garde, que nous n’avons pas l’habitude de consulter pour des broutilles . Plusieurs tentatives dans diverses créneaux horaires , sont restées vaines , personne ne répond au téléphone. Quand enfin une personne répond le délai est de trois mois. Heureusement par le biais d’une boite aux lettres et d’une photocopie de la prescription , j’ai pu obtenir le sésame attendu pour le mois d’avril .

Mais il y a pire que ces tracasseries médicales , la situation en Ukraine est toujours aussi préoccupante. Les avis des politologues ne sont franchement pas rassurants et les efforts de la diplomatie internationale bien vains pour le moment .

un mois émoi

Pour ce défi   du mois écoulé, initié par Renée repris par Martine quai des rimes, un clic sur la photo logo.

Un mois de février bien tranquille où j’ai quand même pu accueillir ma tribu, le premier week – end, avant qu’ils ne se dirigent tous vers les pistes enneigées des Vosges .

Mi février ce fut le passage obligé de la stérilisation pour Sybelle, et une surveillance non stop pour qu’elle garde sa collerette. Ce ne fut pas de tout repos car elle finissait toujours par trouver la faille et se débarrassait vite fait de cet engin encombrant. C’est là que les choses délicates commençaient , lui remettre la collerette. Je peux vous dire que mes mains s’en souviennent.

Le soleil qui nous avait boudé pas mal de jours revient à la fin du mois et nous en profitons Mireille , Geneviève et moi pour faire un petit tour au parc du Paquis à Woippy . Ce 28 février la température était même très agréable et les animaux bien disposés aussi à en profiter. (clic sur image pour voir en grand )

Un mois émoi

Pour ce défi   du mois écoulé, initié par Renée repris par Martine quai des rimes, un clic sur la photo logo.

Un mois très calme pour les sorties, d’une part la météo n’était pas franchement au rendez – vous à de rares exceptions près . Inutile de préciser que chaque fois que le soleil a daigné montrer le bout de son nez , j’en ai profité .

C’est lors d’une promenade dans le quartier que j’ai recroisé la route du héron, je le soupçonne de s’intéresser fortement à un bassin aux poissons rouges situé non loin de là .

Je suis quand même allée voir cette exposition  » écrire c’est dessiner » au Centre Pompidou Metz . J’y ai vu ces dessins de Paul Verlaine illustrant le poème adressé à Ernest Delahaye.

Dans ce Paris où l’on est voisin et si loin
L’un de l’autre, que c’est une vraie infortune
De s’y voir, de s’y savoir tels, vu ce besoin
L’un de l’autre, pourtant, qui, donc, nous importune.
 
Et ce désir commun à nos deux âmes, l’une
De l’autre et de nos esprits mutuels, pingouin
L’un et l’autre figé sur un écueil témoin
Par le flot qui s’oppose et la croissante brune !
 
Si bien qu’ils sont là nos esprits, quelles, ô ces
Âmes nôtres ! sont là, pauvres monstres blessés,
Par la faute plutôt des gens moins que des choses.
 
Voulons-en seulement salement à Paris
Et, las de ces sacrés éloignements moroses,
Soyons donc non plus des pingouins, des colibris !

Deux colibris parisiens, deux cancaniers
Sans cesse en disant les fausses et les vraies
Nouvelles, disputant à propos d’elles, gaies
Ou tristes, — et bavards n’ayant point de derniers.
 
Ou soyons, si Paris nous distance quand même,
Ville importune en sa trop factice grandeur,
Comme autrefois des persécuteurs de facteurs —
Pas des lettres, toujours la même et la suprême.
 
Mais si drôle en raison des dessins sans talent
Aucun, mais amusants pour de pleines journées,
Envoyons-nous, morbleu, des lettres par fournées !
 
Soyons le colibri, non l’oiseau triste et lent,
Ou plutôt soyons deux copains, légers de langue
Et prompts de main, croquis farce et drôle harangue.

Dimanche dernier, je suis allée faire un petit coucou le matin à Mireille et Geneviève qui participaient aux Puces des couturières dans la commune voisine . Comme vous pouvez le constater leur stand est bien garni et propose bien des trésors .

Comme je vous l’ai déjà précisé dans un autre article ( clic) , j’ai lu un certain nombre de livres, je rajouterai à cette liste les deux ouvrages suivants que j’ai aussi appréciés.

J’ai aussi profité de ce mois de janvier pour visionner certains films et émissions . Je vous conseille vraiment le Requiem de Mozart vu par Bartabas , un petit aperçu ici vous pouvez le trouver en replay sur Arte en ce moment .

Un film de Florian Zeller vraiment superbe « The Father » sur Canal , avec Anthony Hopkins et Olivia Colman époustouflants dans ce huis clos .

Sybelle continue à nous étonner tous les jours , une acrobate hors pair qui a conquis maintenant tous les sommets de l’appartement, et qui garde l’équilibre même sur le séchoir à linge .( un clic sur les photos pour les voir en grand )

Un mois bien tranquille, où j’ai essayé de ne pas trop penser à tout ce qui plombe l’atmosphère et les sujets ne manquent pas .

Un mois émoi

Pour ce défi   du mois écoulé, initié par Renée repris par Martine quai des rimes, un clic sur la photo logo.

Un mois de décembre que je n’ai pas vu passer encore une fois.

Malgré un manque de soleil permanent et une météo guère favorable , j’ai quand même pu profiter des marchés de Noël , d’abord avec mes amies , Geneviève , Mireille et Annie, puis avec ma petite tribu à l’occasion de leur première venue.

Cette dernière a permis de tous nous retrouver et de fêter mon passage à la septantaine dans un restaurant (  » Quintessence ») que je vous recommande si vous venez à Metz, un menu surprise élaboré par le chef qui ne manquera pas de vous étonner et de vous plaire. Pas de problème pour souffler ma nouvelle bougie , mmm le chocolat du gâteau, je m’en souviens encore, un délice .

Le deuxième rendez – vous avec la petite tribu a eu lieu à Noël , inutile de vous dire que l’ambiance était à la fête et que nous avons bien mis l’indésirable omicron à la porte. ( un clic sur l’image pour mieux voir nos masques de Noël )

Petit bémol pour cette fin d’année, une douloureuse névralgie cervico brachiale qui bien sur s’est installée à demeure la semaine de Noël et ne m’a pas quittée depuis.

Je crois que je vais sérieusement diminuer ma présence à l’ordinateur car mes cervicales ne sont plus du tout d’accord .

Bonne fin d’année 2021 à vous toutes et tous .

Un mois émoi

Pour ce défi   du mois écoulé, initié par Renée repris par Martine quai des rimes, un clic sur la photo logo.

Un mois de novembre bien rempli. Déjà par la présence de notre nouvelle compagne, arrivée depuis fin octobre chez nous. Je veux parler bien sur de Sybelle qui rythme à sa façon les journées. Quelques ennuis digestifs m’ont amenée à rendre visite au vétérinaire. Elle m’a clairement fait savoir dans la voiture que le voyage n’était pas du tout à son gout . Par contre une fois en présence du soignant, elle s’est montrée tres coopérante, tout comme pour prendre ces médicaments dans la pâtée. Franchement elle m’a étonnée. Je me souviens encore des séances infernales pour les comprimés avec Babouche. Là il a suffi de les mélanger à la nourriture et c’était bon.

J’ai eu la chance ce mois de réunir toute ma petite tribu pour le week – end du 11 novembre. Notre fille a soufflé sa quarante cinquième bougie avec un peu en retard puisqu’elle est née le premier novembre mais peu importe, la joie d’être tous réunis était bien là .

J’ai profité de quelques belles journées pour me promener, notamment en empruntant les sentiers de mon enfance. Là, l’automne jouait encore la carte de l’ambre et c’était vraiment très agréable.

Les jours où la météo était moins sereine, j’ai privilégié la lecture. J’ai découvert Sophie Loubière à cette occasion et je vous recommande vraiment son livre, tout comme les autres ouvrages ci – dessus. Avec un plus aussi pour « Malamute » de Jean – Paul Didierlaurent qui vient d’obtenir le prix Erckmann Chatrian pour ce roman.

Le 25 novembre, Mireille et moi sommes allées à la découverte des marchés de Noël , une superbe après – midi où nous nous sommes plongées avec un peu d’avance dans cette atmosphère si particulière.

Je m’étais promis de revenir de nuit pour voir les différentes animations et surtout le sentier des lanternes. J’ai tenu parole le 29, juste avant que la météo ne nous amène la pluie. Un prochain article vous en parlera plus longuement.

Un mois émoi

Pour ce défi   du mois écoulé, initié par Renée repris par Martine quai des rimes, un clic sur la photo logo.

Un mois dans l’ensemble bien agréable avec ses journées ensoleillées qui a permis de prolonger cet été indien débuté en septembre . À signaler, quand même, que la tempête Aurore a laissé quelques stigmates dans notre environnement immédiat . En effet plusieurs arbres n’ont pas résisté à ses assauts .

Le 8 octobre, nous sommes allées avec Mireille au festival de l’écologie et de la nature de Woippy, qu’organise chaque année cette commune . Le thème cette année était le Brésil. Nous avons pu admirer le travail des agents de la ville qui avaient reconstitué l »environnement floral et certains points de vue caractéristiques de ce pays. Un clic sur les photos pour les voir en grand .

Le 9 octobre c’est aux jardins de Laquenexy que nous nous sommes rendus, mon mari et moi, pour profiter de ces magnifiques couleurs d’automne et des animations pour cette fête des jardins .

Le week – end dernier nous avons profité aussi du beau temps pour nous promener et visiter avec notre petite tribu une exposition qui se tenait au temple neuf . Paul Flickinger y propose son nouveau regard sur le retable d’Issenheim du 16 octobre au 28 novembre .( clic sur les photos pour les voir en grand )

Le 26 octobre je me suis rendue au centre de vaccinations pour le rappel . Cette fois ci pas d’AstraZeneca mais Pfizer au programme. Peu d’effets secondaires contrairement à l’autre vaccin, je ne vais pas m’en plaindre.

Le 29 octobre est arrivée Sibelle . C’est un chaton recueilli par une association  » enfermés dehors  » qui doit d’abord s’habituer à l’absence de son frère qui est parti le même jour dans sa nouvelle famille et à son nouvel environnement. Je n’ai pas encore pu la prendre en photo ( celle que vous voyez a été prise par sa famille d’accueil ) car très craintive elle préfère se cacher dans son panier de transport en osier mais je ne désespère pas .

Mon mois émoi

Pour ce défi   du mois écoulé, initié par Renée repris par Martine quai des rimes, un clic sur la photo logo.

Tout d’abord un grand merci à sa majesté soleil d’avoir choisi de se montrer aussi souvent ce mois de septembre, un vrai régal à savourer sans modération. Autant vous dire que l’extérieur a été largement privilégié, que ce soit au jardin ou en sorties.

L’occasion aussi de déguster les fruits de septembre , framboises remontantes et quetsches particulièrement savoureuses cette année en tarte.

De profiter avec Mireille du Sablon et sa sœur de nos parcs et jardins, comme par exemple celui des tanneurs, où de drôles de sculptures sont à découvrir.

Sans oublier de parcourir des lieux plus proches de chez moi, comme ce parc de la cavalerie où le vert est vraiment roi . On y trouve aussi des saules exceptionnels , j’en veux pour preuve cette photo.

Au cours de mes sorties à vélo , il arrive aussi que je m’octroie une petite halte pour profiter d’ installations agréables . Ci dessous lors du festival « passages »

Le 18 et 19 septembre je profite largement des journées du patrimoine pour découvrir ce qu’était l’ancienne gare de Metz. Une visite tres intéressante, tout comme celle du lendemain dans mon ancien lycée. La machine à remonter le temps est lancée, et je dois bien avouer que le plaisir est là (Un clic sur les photos pour les voir en grand)

N’ayant pas eu le temps, ce week – end là, d’y insérer la visite de Frescaty à vélo et son exposition de graffs , c’est le 25 septembre que je me rends sur cette ancienne base militaire aérienne. Là, je dois dire que suis bluffée par les réalisations à l’intérieur d’un des bâtiments. Les graffeurs investissent non seulement les murs mais aussi le plafond et le plancher ce qui donne des effets vraiment étonnants. ( clic sur les photos pour voir en grand ). L’exposition Fresk’aty 3 est encore visible les week -ends jusqu’au 10 octobre et vaut vraiment qu’on s’y attarde. Félicitations au collectif une phase 2 styles » (clic) qui a su rassembler autant de talents.

Mon mois émoi

Pour ce défi   du mois écoulé, initié par Renée repris par Martine quai des rimes, un clic sur la photo logo.

Il ne vous aura pas échappé que ce mois d’aout, question météo, n’a guère amélioré le bilan de son prédécesseur. Mais je reconnais que la pluie donne aux fleurs du jardin un petit plus non négligeable.

Par contre, elle a complètement condamné mes tomates, une « mildiouite » d’enfer qui ne leur a laissé aucune chance. Je me demande même si d’autres végétaux ne sont pas atteints par ces oomycètes.

Pour les framboisiers, je crois qu’ils résistent bien, car la récolte est régulière et satisfaisante. Il faut juste bien tomber, pour la cueillette, entre deux averses. Pour la réalisation de la gelée de framboises, un autre avantage de ce mois d’aout, aucun risque de surchauffe excessive avec la température extérieure.

Deux escapades pour ce mois d’aout. La première en Alsace pour assister à la messe d’enterrement de ma tante qui n’avait pu être organisée lors de son décès survenu pendant le dernier confinement. Des retrouvailles chaleureuses avec mes cousins que je n’ai pas l’occasion de voir souvent .

Je ne suis pas rentrée immédiatement après ces retrouvailles, j’ai pris le chemin des écoliers en profitant de plusieurs haltes dans le Bas – Rhin et aux confins de la Moselle: Lutzelbourg, Saverne, Dabo.

Une autre escapade dans l’Ain cette fois ci, avec une météo heureusement tres favorable. Elle fut à la fois gastronomique et riche en découvertes de fort jolies bourgades : Vonnas, Châtillon sur Chalaronne, pour ne citer que celles ci .

La cerise sur le gâteau fut la visite du monastère royal de Brou à Bourg- en- Bresse dont j’aurai l’occasion de vous reparler.

Mon mois émoi

Pour ce défi   du mois écoulé, initié par Renée repris par Martine quai des rimes, un clic sur la photo logo.

Premier juillet : De sortie à la médiathèque pour un petit supplément de lecture. Une bonne idée d’avoir choisi « les aérostats » d’Amélie Nothomb , une fois commencé je n’ai pu le lâcher avant de l’avoir fini.

« La jeunesse est un talent, il faut des années pour l’acquérir. »
Dans ce nouveau livre, la romancière se raconte à travers le personnage d’une étudiante bruxelloise. Les aérostats sont des aéronefs dont la sustentation est due à un gaz plus léger que l’air. Elle nous emmène pour la première fois dans son pays natal. Ange, 19 ans « mène une vie assez banale » et étudie la philologie. Après avoir répondu à une petite annonce, elle donne des cours de littérature à à Pie, un lycéen de 16 ans dyslexique.

Puis comme la météo n’est pas désastreuse, je vais, toujours avec mon destrier, jusqu’à la basilique St Vincent pour découvrir une des installations du parcours street – art , paysage immatériel de Valentina Canseco . Impressionnant cet immense mobile qui flotte dans l’espace et reflète vitraux et architecture de la basilique.

3 juillet : De nouveau de sortie avec mon destrier, le soleil est bien là et j’en profite pour découvrir le jardin éphémère de la place de la comédie, ainsi que d’autres installations du parcours art et jardins .

7 juillet : combat homérique entre chenilles processionnaires et cueilleurs de champignons dans les bois.

La météo se gâte à partir du 10 juillet, il y a même des jours où il pleut des cordes ce qui fait gonfler la Moselle.

Il faut jongler avec le ciel pour les spectacles, merci à la météo agricole qui permet de réagir à temps, comme par exemple pour le festival Hop Hop Hop .

19 juillet le soleil revient nous en profitons avec Mireille du Sablon pour explorer le parcours vert .

21 juillet, le soleil est toujours bien présent et un petit tour à Metz plage s’impose

22 juillet le temps n’est pas encore à l’orage et je peux découvrir quelques installations nocturnes du parcours numérique

24 , 28, 31 juillet je découvre le Classic Metz’ival 2021 , un vrai bonheur de retrouver tous ces musiciens, que ce soit en l’église St Maximin, au temple protestant de Montigny ou à l’auditorium du conservatoire de Metz.

Un grand merci aussi pour toutes vos belles cartes, c’est un réel plaisir de voyager un peu partout en les recevant.