Anton

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré de Jill Bill un clic sur le logo .

A vec ses danses slaves, son stabat mater , il gagne sa célébrité,

N e cesse dès lors d’être plébiscité par le monde musical,

T ous lui reconnaissent un talent quasi phénoménal,

O ffrant au romantisme une œuvre variée de qualité,

N ‘ayant omis aucun genre, hormis le ballet au final.

Une belle programmation aussi ici sur radio France au sujet de ce compositeur tchèque.

Publicité

Etna

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré de Jill Bill un clic sur le logo .

Un grand merci à Patrick qui me permet de partager  ses superbes créations . Un clic sur l’image pour découvrir son blog.

E tna possède cette fulgurance

T ranquille qui intrigue et fascine,

N aturellement, sans extravagance,

A vec un regard qui partout domine.

*

E nsorceleuse sans le moindre bla, bl A,

T out feu, tout flamme, comme le volcaN,

N e croyez pas l’amadouer de sitôt T,

Avec art, elle cultive l’indépendanc E

Leno

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré de Jill Bill un clic sur le logo .

J’ai rencontré Leno au centre Pompidou Metz , dans le cadre de l’exposition  » les portes du possible », que je vous conseille vraiment .

L e progrès ne le fauche plus, il le consume

E n s’insinuant partout tel un parasite.

N on, pour l’homme ce n’est pas vraiment un costume,

O bèse, goinfré de confort, il se délite.

L eno, pour l’environnement, c’est zér O

E n ignorant qu’il ne lui fait pas du bie N,

N ous savons qu’il sera sa première cibl E,

O bligé de marcher vers ce triste fina L.

Cette sculpture est une œuvre de John Isaacs et s’intitule : Is more than this more than this ( Est ce que plus que cela est plus que cela .).

 » Dans cette exposition, j’ai considéré la science-fiction moins comme un genre littéraire que comme une méthode de pensée critique, un petit grain de sable dans nos rouages ​​qui nous permet d’ouvrir nos horizons et d’envisager un autre demain. « Alexandra Müller conservateur du musée Pompidou Metz .

Clorinthe

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré de Jill Bill un clic sur le logo .

Un grand merci à Patrick qui me permet de partager  ses superbes créations . Un clic sur l’image pour découvrir son blog.

C herchant au delà la lumière opaline,

L oin de tout souci, son coeur alors palpite.

O n la dit passionnée comm’ feu qui crépite,

R ien n’est meilleur pour elle que l’adrénaline,

I ntrépide , sa volonté en orbite,

N e se satisfaisant jamais de routine,

T oujours vers le haut se tourne sa rétine,

H ors les murs, Clorinthe se précipite,

E t se hisse dans les nuées dès matines.

Madec

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré de Jill Bill un clic sur le logo .

M êlant dans son regard tendresse et fierté,

A ujourd’hui, Madec entre dans la cour des grands,

D écidé comme jamais à nous épater,

E n distançant par son galop fulgurant

C haque concurrent à la course de l’été .

Il apprécie surement d’avoir droit au cli C

Peut – être pour lui le début de la gloir E

Mais, ce qu’il aime par dessus tout quan D

Il attend sagement, sans faire de ciném A

Ce sont les caresses, plutôt que le podiu M

Dauphine

Pour les prénoms du mercredi un clic sur le logo .

Après deux rendez – vous quelque peu prématurés, ( voir le ici et ) voici le bon jour pour cette nouvelle Dauphine, à la cour de récré de Jill Bill.

D auphine, maintenant vas – y, tu peux

A rriver dans la cour de récré,

U ne pause sur le bois chauffé,

P uis tu rejoins tes amies, c’est mieux !

H um ! tu n’as pas l’air vraiment pressée

I l est grand temps, dépêche toi un peu ,

N e fais pas toutes ces simagrées ,

E lles ont hâte de partager leurs jeux

Dauphine

Pour les prénoms du mercredi un clic sur le logo . J’étais un peu en avance avec mon billet, le 7 septembre, c’est ici (clic) pour celles ou ceux qui ne l’auraient pas vu.

Aujourd’hui je vais vous parler de Dauphine, la lapine.

D écidément l’humain est bien versatile,

A vec désinvolture il vous abandonne

U n jour, comme si votre vie était futile.

P erdue sans lui, je ne connais plus personne

H ors ma cage, je préfère rester immobile,

I ci vraiment, cet univers m’impressionne,

N on, ce n’est pas mon nouveau domicile

Espérons que quelqu’un changera la donne.

Une petite explication concernant ces photos et le texte. Ce dimanche j’ai eu la surprise de voir ce lapin bélier dans les pruneliers du parc voisin. Bien entendu il n’y était pas arrivé tout seul, quelqu’un l’avait déposé là en pensant qu’il pouvait s’en sortir puisque les lapins de garenne avaient choisi ce secteur et se portaient plutôt bien. Malheureusement, c’est une grossière erreur, car de par sa taille il ne peut se mettre à l’abri dans les terriers et est à la merci des chiens lâchés dans le parc, n’ayant pas l’habitude d’être confronté à ce genre de danger . D’autre part son alimentation est bien différente de celle dont peuvent bénéficier les lapins du secteur. Nous sommes plusieurs dans la matinée à avoir essayé de l’attraper pour l’emmener à la SPA, sans résultat, il s’enfonçait toujours plus profondément dans les prunelliers. L’après – midi, il n’était plus là.. j’espère qu’il a pu être sauvé et qu’il est entre de bonnes mains.

Dauphine

Pour les prénoms du mercredi à la cour de récré de Jill Bill, un clic sur le logo.

D écidée à partager l’instant de grâce,

A vec majesté, elle pose devant la foule,

U n sourire comme seule dédicace,

P our une croisière sans la moindre houle.

H eureuse d’être élue avec la reine,

I l est important pour elle de profiter

N aturellement de la fête Lorraine,

E n surfant sur la belle vague enchantée