Surprise

Atelier 152 et Récapitulatif du 151

Pour l’atelier 174 de Ghislaine un clic sur le logo

Mots : Oubli, soir, surprise, silence, faire, élan, encore, clarté. Autre choix de 8 mots : Défi, fête, esprit, riche, penser, souffler, trouver, sage.

Un texte avec des mots commençants par G.

****

Le soleil devait encore avoir eu la riche idée de faire la fête ailleurs. Oubli ou défi délibéré de sa part, je ne sais, mais la clarté n’était pas à son zénith ce samedi après – midi. Les courses matinales bouclées pour nourrir le corps , il me restait l’après – midi celles de l’esprit avec une sortie à la médiathèque avant le soir . Mes livres choisis, je rentrais tranquillement en voiture quand, surprise garantie , je dus stopper le véhicule devant un bipède bien particulier.

Je pensais qu’ une fois de l’autre côté de la rue le héron prendrait son élan pour s’envoler et trouver un point de pêche sur les berges de la rivière. Je lui soufflais même qu’il était plus sage de ne pas s’attarder dans ce secteur où la circulation pouvait devenir intense, surtout s’il montait les escaliers menant au pont.

Mais non, pas le moins du monde gêné par ma présence , il se mit à arpenter le bitume devant moi en silence. Je garai de suite la voiture sur le bas côté pour vérifier qu’il n’était pas blessé. Je tenais vraiment à vérifier qu’aucune aile était touchée. Il me laissa approcher à pratiquement un mètre, mes photos étant réalisées avec mon portable vous constaterez que je suis très près. Puis sans se presser, bien à son aise, il gagna les airs quelques temps pour se poser dans un parc proche. Réflexion faite, je crois qu’il s’agit du même spécimen aperçu près de nos garages. Je ne sais pas ce qu’il trouve dans le secteur mais visiblement il est à son goût et il ne semble pas le moins du monde effrayé par l’homme.

Transhumance …

Atelier 152 et Récapitulatif du 151

Pour l’atelier 173 de Ghislaine un clic sur le logo.

Les mots : Elégance, ciel, montagne, arbre, campagne, oiseau, vent, nuage.

giselefayet | le bon coté des choses | Page 130

Dans le ciel d’hiver c’est la transhumance.

De petits moutons , loin de leur montagne,

Se bousculent, pour partir en campagne .

Les arbres courbent l’échine, avec élégance

Et le vent , ce fringant oiseau de passage,

Dompte les nuages pas toujours très sages.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est pa123319.jpg

Sur le sentier des lanternes

Pour l’atelier 172 chez Ghislaine un clic sur le logo.

Les mots : Parfait , cadence trace, chemin, facile, jour, froid, songe.

et simple, court, vite, bien, passage, message, virage, courage

et des mots commençant par la lettre e.

Lundi dernier, prenant mon courage à deux mains pour m’extirper de la douce chaleur du foyer, je jette vite un coup d’œil à la météo agricole avant de partir pour le square Boufflers. Bon parfait, point de précipitation annoncée, c’est vraiment l’occasion où jamais cette semaine de voir cette nouvelle version du sentier des lanternes, car les jours suivants seront on ne peut plus arrosés. Je note quand même que le froid est annoncé, les fameuses températures ressenties sont négatives. Je prends donc toutes mes précautions, manteau ad hoc et casque pour les oreilles. Mais non, pas pour écouter la musique, ni un message de mon portable, non, une protection bien chaude, facile à porter qui évite bien des désagréments quand la bise est de rigueur. Et elle est bien là cette bise glaciale sur le chemin menant aux lanternes. J’accélère la cadence de la marche pour me réchauffer, mais bientôt il faut se faire à l’évidence, la file stagne.

Heureusement l’attente sera relativement courte . Le contrôle à l’entrée est double, pass sanitaire et vigipirate à l’aide d’un détecteur de métaux. J’ouvre mon sac et écarte les bras. Comme dans un songe j’entends l’engin sonner. Pas de trace d’une quelconque arme, voilà bien longtemps que j’ai renoncé à prendre mon petit couteau suisse multi fonctions qui avant ne quittait pas mon sac. Evidemment, j’ai complètement oublié de sortir l’appareil photo de la poche droite de mon manteau ! L’agent de la sécurité sourit, ouf !

C’est alors que commence le passage dans un autre univers, celui du merveilleux avec ces mille et un cœurs lumineux suspendus aux arbres. Emerveillée comme les nombreux enfants présents, je stoppe devant chaque lanterne.

Vite, j‘essuie mes lunettes qui s’embuent à la vitesse de l’éclair avec le masque pour prendre la photo. Pas simple de se priver d’elles pour la mise au point. En tout cas je trouve que cette dixième édition est superbe. Le parcours comprenant de nombreux virages nous plonge dans divers univers, nous oublions complètement que nous nous trouvons à deux pas du tribunal.

Voici le village de Casse – Noisette , le pays des glaces avec ses animaux polaires , le monde des lutins et leurs ateliers. Nous entamons aussi un voyage au coeur des traditions de Noël avec les souffleurs de verre de Meisenthal,

les confectionneurs de Mannele, St Nicolas et le père fouettard sans oublier l’attelage du Père Noël.

Une promenade vraiment féérique qui vous fait oublier, pour un moment, les nouvelles anxiogènes dont nous abreuvent les médias.

Dans l’océan de solitude danse …

Pour l’atelier 171 de Ghislaine un clic sur le logo.

Accent, océan, solitude, divaguer, errance, tendre, unisson, allure et texte avec des mots commençants par D

Durant des années elle a gardé cette allure mystérieuse qui faisait dire d’elle qu’elle divaguait dans son désert de pensées mortifères. Aussi le vide s’est- il progressivement creusé autour d’elle. Maintenant dans l’océan de solitude qui la submerge danse le désir de trouver enfin la partition du tendre qui mettra fin à cette errance qui dure depuis bien trop longtemps. Même si elle appréhende d’aller au devant de l’autre, elle sait qu’elle peut ouvrir les portes de son coeur et encore vibrer à l’unisson aux accents délicieux de Cupidon.

Comme un reproche..

Pour l’atelier 170 chez Ghislaine un clic sur le logo.

Rengaine, menteur(euse), aisance, reproche, souffle, prochain, certain, jalouser.

Texte avec des mots commençants par C

Un ressenti sur le thème  » Temps « 

Peinture de mosaïque 5D, horloge en bois mort, point de croix, peinture  complète, art mural | AliExpress

Comme un reproche, le carillon égrène avec aisance ses notes en rengaine. Caramba ! Comment calmer ce coquin de temps ? Certains retenant leur souffle, essayent par leur calme de l’apprivoiser, le cajolant pour qu’il ne change pas de cap. D’autres jalousant cette chance capitulent jusqu’au prochain refrain et restent captifs de ce coucou menteur . Chacun cherche une clef pour cadenasser le coffre d’où s’écoulent secondes , minutes, heures . Mais personne n’a encore réussi ce coup de force.

Barbara et Brigitte en sont restées babas.

Pour l’atelier 169 de Ghislaine un clic sur le logo

Beaucoup, autant, plein, complet, soupirer, traverser, arriver, se languir

Un texte avec des mots commençants par B.

Barbara et Brigitte , deux amies de longue date, ont décidé d’aller voir les œuvres d’artistes féminines contemporaines de Suzanne Valadon à Bourg en Bresse . Une exposition complète leur est consacrée. Barbara arrive sur les lieux avec un bon quart d’heure d’avance sur l’heure du rendez – vous, ayant préféré prendre le bus plutôt que sa voiture. Elle se languit de voir l’exposition car depuis l’année dernière, beaucoup ont été annulées en raison de la pandémie . Aujourd’hui le musée fait le plein de visiteurs, la file s’étire autant qu’un grand reptile sous le soleil, devant le bâtiment. Elle traverse vivement la route, et, stupéfaite, aperçoit Brigitte qui lui fait des grands signes. C’est un miracle, elle est dans les dix premières personnes arrivées, cette fois ci elle ne soupirera pas à cause de son enième retard.

C’est la première fois qu’elles voient une telle diversité dans les œuvres présentées autour de celles de Suzanne Valadon.

Blanche Moria une sculptrice réputée est représentée ici dans son atelier par Blanche Polanceau .

Un peu plus loin, c’est un portrait de la baronne Gourgaud à la mantille noire, peint par Marie Laurencin, qu’elles peuvent admirer.

Puis elles s’extasient à voix basse devant la beauté d’un buste de Camille Claudel

Et bredouillent devant Scipion le noir , le tableau bigrement provocateur de Marie Vassiliev .

Aujourd’hui …

Pour l’atelier 168 de Ghislaine un clic sur le logo

Travail, feuille, sans , entre, déposer, laisser, filer, fuir

Un texte avec des mots commençants par A

Aujourd’hui, dans l’allée , les feuilles des marronniers se déposent une à une. Un temps suspendues dans les filets de brume, elles laissent s’échapper la complainte de l’été posthume. Pourtant le temps ne file pas partout de manière identique. L’horloge des saisons, nostalgique, aurait – elle opté pour un travail différé, fuyant ses responsabilités ? Un peu plus loin le vert, sans se soucier du mois bien entamé, est encore au rendez – vous. Aléatoire me direz – vous . Certes, mais appréciable quand les cartes de l’automne avancent leurs atouts .

Alignant ses arches entre les deux berges, le pont des morts se prend pour Narcisse, assisté par la flèche du temple de garnison qui bisse . Il attend patiemment que l’astre du jour retire ce rideau de soie pour qu’apparaisse enfin la lumière éclatante de sa pierre d’ambre.

Notre petite tribu venant chez nous ce dimanche , je ne serai pas tres présente sur l’ordinateur pour venir sur vos blogs mais ce n’est que partie remise .

Bon dimanche à vous toutes et tous .

Un bonjour particulier

Pour l’atelier 167 de Ghislaine un clic sur le logo

Les mots :

lente, soupir, doute, raison, vouloir, temps, source, pouvoir.

Un texte sur le thème « Désirer, souhaiter »

Un texte avec des mots finissants par «  » our « 

En nous promenant l’autre jour , Mireille du Sablon et moi, autour du plan d’eau de Woippy, nous avons eu la chance d’apercevoir plusieurs cygnes qui venaient à notre rencontre. Quel plaisir de constater qu’ici ils sont de retour et en famille.

Leur progression dans l’eau n’est pas lente du tout, on dirait même qu’ils mettent le turbo pour arriver plus vite. Pas de doute, la femelle souhaite nous présenter sa progéniture. Un bonjour qui dure un certain temps car chaque jeune tient à nous saluer. Ils veulent certainement un peu plus que nos salutations réciproques pour cette marque d’attention, mais, à raison, nous n’avons pas une seule miette de pain dans les poches, source de problèmes digestifs pour ces oiseaux.

Si deux cygnons jouent à nous faire la cour, dans une pose plus que glamour, un autre sans tambour ni trompette se jette sur la main approchée. Je crois même entendre un soupir quand il constate qu’il ne peut rien trouver à manger, même sur le pourtour des doigts. Un jour, c’est promis, je reviendrai avec quelques grains de maïs et pas pour jouer à pince – mi pince – moi .

Voir aussi l’article rédigé par Mireille (clic sur le prénom) avec beaucoup d’humour .

Atelier 166 Ghislaine

Pour l’atelier 166 de Ghislaine un clic sur le logo.

Les mots :

Assez, constant, jamais, éclat, contester, hausser, passer, vivre

Son besoin de nature n’a jamais cessé, il est resté toujours aussi constant, l’obligeant à fuir la ville. Elle en a assez parlé de ce souffle, de cette respiration nécessaire , il ne contestait pas alors ce besoin impérieux . Alors, quand il lui annonce qu’il a trouvé l’appartement idéal, spacieux , en plein centre, proche de son bureau, avec une vue panoramique urbaine incroyable , elle tombe des nues .

Comment peut – il penser, ne serait – ce qu’une seconde, qu’elle pourra vivre sans fouler l’herbe tendre dès les premières lueurs du jour, sans le friselis du vent dans les branches des saules, sans l’éclat de lune se mirant dans la rivière, dans ce temple de pierre et de verre ?

Il hausse les épaules en lui affirmant que cette lubie lui passera une fois qu’elle sera installée dans ce qu’il nomme  » penthouse ».

Décidément, il n’a rien compris, bien plus qu’une nécessité, c’est une véritable passion qu’elle voue à la nature, aussi aucun argument ne résistera face à sa détermination, elle ne transigera pas.

La visite continue

Pour l’atelier 165 de Ghislaine un clic sur le logo.

Les mots : Logique, parcours, erreur, longtemps, égarer, allonger, corriger, subir.

Lors de la visite de mon ancien lycée, mon parcours s’est arrêté dans la cour de ce dernier. En toute logique vous avez remarqué que nous n’avons pas pris encore les escaliers pour accéder aux étages supérieurs. Nous allons donc remédier de suite à ce qui n’est pas une erreur ,mais une volonté de nous montrer le bâtiment sous tous ces angles.

Mais avant , nos guides nous font remarquer les vitraux, qui bien que présents depuis longtemps n’ont pas eu trop à pâtir des années. Une fois arrivés à l’intérieur, nous le constatons effectivement en montant les marches .

Nous ne risquons pas de nous égarer dans les couloirs, car nous sommes toujours bien accompagnés pour profiter au maximum de la visite. Soucieux de ne pas nous faire allonger le pas inutilement , nos guides marquent des pauses aux endroits clés , comme la salle des professeurs par exemple.

Nous allons maintenant pénétrer dans le bâtiment scientifique aperçu de l’extérieur.

Le couloir vitré, qui court sur toute la longueur du bâtiment, nous permet de voir les autres parties du lycée et aussi les nouvelles constructions qui remplacent l’hôpital Bon Secours.

Maintenant nous entrons dans les salles de physique chimie.

Quel changement par rapport à ce que nous avons connu , plus de paillasse en carrelage mais des installations tres modernes et fonctionnelles, sans oublier l’outil numérique omniprésent.

Nous voici en présence d’un ballon pour peser l’air, ne vous inquiétez pas, vous ne subirez pas d’interrogation écrite , mais vous pourrez savoir comment Marie Curie a opéré pour déterminer qu’ un litre d’air avait un poids de 1,3 gramme. Dans une autre salle vous corrigerez certainement votre vision des galvanomètres avec ceux qui vous sont présentés .

Changement de décor pour les Sciences Naturelles, de grandes planches s’affichent pour nous montrer oiseaux , poissons et autres animaux. Dans une salle sont rassemblés des moulages d’anatomie de différents organes et certains animaux naturalisés. Je découvre avec étonnement tous ces sujets que je n’ai jamais vus .

La visite se termine par deux conférences fort intéressantes sur l’historique du lycée. Une tres bonne initiative que cette participation du lycée aux journées du patrimoine, même si il y a moins à découvrir qu’au lycée Fabert ( un clic ici pour l’article de 2013), le lycée Georges de La Tour mérite vraiment la visite .