Palpitations

Pour l’atelier 206 chez Ghislaine un clic sur le logo

Sujet 3 

un texte avec au moins 5 mots commençant par « P »

Palpitations du jour qui s’enfuit,

L’astre de feu peu à peu s’enfonce,

Plongeant dans un parterre de suie.

Pourquoi l’arbre devient – il ronce ?

Pour mieux prendre place dans la nuit ?

Publicité

Osmose

Pour l’atelier 205 chez Ghislaine un clic sur le logo .

Sujet 1

Chaos, inconnu, humeur, moqueur, raconter, clore

Sujet 2

Madame, sort, esprit, regard, peur, priver

 Sujet 4

 Un texte avec le son «  » ose «  »

Oubliés le chaos , les regards moqueurs

Loin de la foule, l‘inconnu est ailleurs.

L’esprit fuit toute mauvaise humeur ,

N’étant plus clos les yeux s’ouvrent sans peur.

Madame la terre voit soudain la vie en rose

Son sort n’est plus obligatoirement morose

Elle ne se prive plus du bon côté des choses,

Racontant comment être avec elle en osmose.

Pour l’atelier 204 chez Ghislaine un clic sur le logo .

1 Papier, vent, feuille, confidence, parole, légère.

2 Sombrer, fondre, craindre, poursuivre, continuer, faire.

Si tu vas là haut sur les crêtes , là où la fleur de neige poursuivie par le gel a du mal à fondre , ne sombre pas dans la méfiance , continue d’avancer . Surtout ne crains pas la parole du vent, laisse toi faire , plus légère que la feuille de papier, elle vole de nuage en nuage chuchotant ses confidences à qui veut bien les entendre.

3 un texte avec au moins 5 mots commençant par « N »

Au passé  de ma ville , je m’intéresse,

Prenons si vous voulez  les années  à rebours.

Sur  cette carte que je vous adresse

Naguère l’hiver nous tenait ce discours : 

Voyez la Moselle que la neige  caresse ,

et tous ces promeneurs  qui s’empressent

de l’emprunter à pied négociant la vitesse.

Chaque patineur est libre de ses prouesses

Sur une large bande de glace bien  épaisse .

Le gel de février  1929 tient ses promesses

Moins vingt annoncé au plus bas  cours

Naturellement sans la moindre faiblesse,

Point de naufrage, la glace tiendra trente jours .

4 Un texte avec le son «  » ice « 

Quand vient l’heure propice,

Où le bien nommé Réglisse,

Félin au poil noir et lisse, 

à   pas feutrés   se glisse,

Dans   le   jardin  avec  malice,

Ses  pupilles  prennent  du  service,

Cherchant  partout un  indice,

Vérifiant  le moindre orifice,

S’  avérant  une  cache   propice

Au   rongeur  à   longues  vibrisses

Ne   dédaignant   pas   quelque   exercice

à   sa  poursuite  il  se  lance  sans   artifice

Et  quand  arrive  au  final  le  sacrifice

Sa victime ne connait pas d’armistice.

Surprise ..

Pour l’atelier 203 de Ghislaine un clic sur le logo .

Sujet 1 

Aujourd’hui, autrefois, demain, devant, mieux, mal, bien, ailleurs.

Sujet 2

surprise, pluie, balade, conseil, faute, heure, doute, sembler.

 Sujet 3 

un texte avec au moins 5 mots commençant par « M »

Sujet 4

 Un texte avec le son «  » eille « 

Les abeilles ont depuis quelques semaines déserté ce flan de montagne, l’automne de l’été s’est désolidarisé. Le doute n’est plus permis, l’hiver ne sera pas pris en faute cette année , mieux , aujourd’hui il pose méthodiquement ses jalons de froidure . Mireille tout en marchant se surprend à tendre l’oreille, espérant surprendre comme autrefois le zinzinulement de la mésange ou le staccato du pic épeiche. Mais les petits passereaux sont ailleurs, seules quelques corneilles aux croassements bien mal accordés semblent prêtes pour un concert improvisé. La pluie de ces derniers jours n’est plus qu’un mauvais souvenir et la balade s’annonce à nulle autre pareille, surtout dans les premières heures de la matinée . Devant elle, le soleil filtrant à travers les résineux fait merveille , elle s’attendrait presqu’à voir le roi des elfes tenir conseil jusqu’à demain parmi toute cette assemblée d’épicéas et de sapins. Mais la surprise se manifeste un peu plus loin sur la crête quand elle découvre une mer de nuages masquant toute la vallée, magistrale et moelleuse couette d’écume au blanc immaculé.

J’ai testé ….

 Pour l’atelier 202 de Ghislaine un clic sur le logo .

Sujet 1 

Couleur, lumière, temps; durée, magie, air, clair, obscurité.

Sujet 2

Saveur, odeur, pleur, cœur, dur, sur, pur, rupture.

Sujet 3 

un texte avec au moins 5 mots commençant par  » L « 

Point de pleurs, je vous promets qu’ en montant dans le city skyliner vous n’aurez pas mal au coeur, un pur régal cette attraction. La rupture avec le sol se fait de manière tres douce, point de coeur qui cogne dur comme dans ces machines infernales qui vous lancent en l’air en l’espace de quelques secondes. Le temps de l’ascension est beaucoup plus lent . Vous prenez place dans une sorte de nacelle tournante , vous quittez tranquillement le marché de Noël aux multiples saveurs et odeurs pour découvrir un panorama inédit , Metz vu à 80 mètres et sur 360 degrés. . Je serais curieuse de voir, une fois l’obscurité venue, ma ville illuminée , la magie du sentier des lanternes du square Boufflers.

Le jour où nous l’avons testé, la lumière n’était peut être pas phénoménale , le ciel hésitait entre le gris clair , laiteux et le gris souris mais, pendant toute la durée de notre observation, et bien après les larmes du ciel ne sont pas venues jouer les trouble – fête. Heureusement Les couleurs de l’automne étaient bien présentes et égayaient le paysage.

Je vous laisse regarder la vidéo tournée pendant que nous montions , le plan large de mon appareil fait que de temps en temps les montants de la cabine passent devant l’objectif mais cela ne vous empêchera pas de voir au loin le St Quentin, notre poumon vert, le plan d’eau, l’Arsenal, la cathédrale, le centre Pompidou et bien d’autres édifices .

Quelquefois je m’amuse….

Pour l’atelier 201 de Ghislaine un clic sur le logo .

Sujet 1 

Quelquefois, parfois, beaucoup, souvent, jamais, très, trop, plus.

Sujet 2

Répit, pause, constater, saluer, fatigue, énergie, soulagement, bas

Sujet 3 

un texte avec au moins 5 mots commençant par  » j « 

Quelquefois je m’amuse à comparer les photos de nature prises à un an d’intervalle. Ce mois de novembre, je ne sais pas trop quoi en penser, j’ai l’impression que le vert s’est mis en mode plus ,plus, par rapport à l’année dernière. Jamais je n’ai vu autant d’arbres arborer cette couleur aussi longtemps. L’ensoleillement continu de ces derniers mois aurait – il boosté la photosynthèse au point que les chloroplastes ne se mettent pas sur pause, un répit pourtant bien mérité après cette capture continue de l’énergie lumineuse?

Beaucoup d’arbres l’an passé tutoyaient l’ambre à cette époque. Je ne parle pas des marronniers qui souvent sont les premiers à se débarrasser de leur feuillage, car sujets au chancre bactérien provoquant la dessication et la brulure des feuilles . On ne peut que constater par la suite leur très nette fragilisation face aux agressions et aux autres ravageurs. Parfois, il faut même se résoudre à les abattre tellement ils sont affaiblis. Nous n’en sommes pas là heureusement pour les autres essences, et c’est un soulagement de voir leur incroyable résistance à la canicule. Même s’ils ont connu plus de bas que de hauts, ils s’en sortent vraiment bien.

La végétation au sol aussi a repris de la vigueur , oubliée la fatigue automnale , elle nous salue avec une floraison exceptionnelle . Comme vous n’êtes pas sensés me croire sur parole, j’ai juste pris un cliché ce matin, en face de chez moi, d’un lamier blanc retrouvant sa jeunesse printanière. Non, je ne me suis pas piqué les jambes, bien que ressemblant vraiment à l’ortie, cette plante ne joue pas avec l’urticant, ce qui n’est pas le cas de ses voisines que Sybelle évite à chaque fois de justesse . Novembre aurait il juré de concurrencer juin ?

Interrogations

Pour l’atelier 200 de Ghislaine un clic sur le logo

Un texte avec au moins 5 mots commençant par i

Inadmissible , inhumain, infâme, innommable, je pourrais décliner à l’envi les qualificatifs de cet acte barbare qu’un individu a infligé à son chat. L’image de cet être innocent, abattu à coup de carabine et dépecé est intolérable. Non bien entendu, je n’ai pas vu la vidéo que cet immonde personnage a laissé sur les réseaux sociaux mais le compte rendu de la comparution immédiate au tribunal est des plus précis ( ici et ici ). J’avoue que ce que je viens de lire dans mon quotidien régional, comme sur internet, renforce encore l’impression que j’ai depuis un certain temps de l’impact négatif des réseaux sociaux. L’interdit et la volonté irrépressible de le franchir en se mettant systématique en scène, en se filmant, ne peut que conduire à la surenchère. Comment ne pas penser que d’autres vont vouloir imiter celui qui fait le buzz sur internet ?

Que dire du verdict à l’issue de cette comparution ? Qu’il frise l’indécence avec ces quatre mois de prison ferme, quand on voit la teneur des propos émis par le tortionnaire. Je ne peux que penser à l’article que Renée a partagé ici récemment, concernant Isabelle Terrin, l’avocate qui s’est spécialisée dans la défense des animaux, qui se bat contre l’insuffisance des peines infligées aux coupables.

C comme …

Pour l’atelier 199 de Ghislaine un clic sur le logo

Sujet 1

Pluie, automne, chemin, avancer, coucher, couler, temps, voir

Sujet 3 

un texte avec au moins 5 mots commençant par H

 Sujet 4

 Un texte avec au moins 5 mots qui finissent

par le son ique ou aque,

Mercredi dernier, je vous présentais des rencontres d’automne à haut risque dans la forêt vosgienne( ici) ; je tiens quand même à vous rassurer aujourd’hui en vous montrant que la pluie et la chaleur cumulées n’engendrent pas que des champignons toxiques. Ce serait démoniaque s’il n’était possible de voir que certaines espèces, non comestibles dans les bois. Aussi me suis – je dit qu’il fallait que je couche d’autres photos cette fois ci.

Dimanche, en prenant le chemin derrière la maison, nous remarquons que la sècheresse fatidique est maintenant hors jeu. Habile à franchir pierres et branchages, l’eau prend le temps de remplir la moindre anfractuosité avant de continuer à couler inexorablement vers la Moselle. Point n’est besoin de s’avancer beaucoup dans le sous bois, de couvrir des hectares, pour trouver les premiers champignons.

Passons sur ce phallus impudicus aux relents méphitiques, appelé encore satyre puant, rencontré tout à fait par hasard, c’est promis . Tout d’abord les cèpes aperçus dépassent largement la date de péremption, en harmonie avec les feuilles tombées ils nous font regretter de ne pas être venus plus tôt. Puis, c’est le premier exemplaire trouvée par notre fille , un spécimen authentique d’une taille respectable , un tantinet dynamique du pied .

Je vous sens critique , un seul pour vous tous ? Mais non, après quelques doutes sur d’éventuels petits frères et sœurs , nous tombons sur un lieu magique , où les cèpes se hissent au dessus de la mousse . Inutile de préciser que nous nous sommes régalés avec notre cueillette.

Joute jubilatoire

Pour l’atelier 198 de Ghislaine un clic sur le logo

un texte avec au moins 5 mots commençant par J

et

Ressenti sur Thème  L’automne.

Chahutant la corneille aux croassements cassants , le vent  se coule dans le chuintement d’une révolte céleste . Une joute jubilatoire pour ce jaseur infatigable.

Sur la portée d’un silence qui hurle, se compose sa partition , “souffles  d’automne” au jeu nuancé. Soupir sur la corde sensible des érables mordorés puis pizzicato  effréné,  l’archer d’Eole maitrise la virtuosité .

La feuille  fasseye, frissonne , frémit, flageole avant  de rendre les armes  . Papillonnant, hypnotisée  par la douceur de la chute elle n’en finit plus de tendre vers l’évidence d’une fin programmée .

Touché  peut être par ce ballet non dénué de charme, Eole ne peut retenir ses larmes et se dissout dans le crépuscule d’un jour enflammé.

Je serai absente ce dimanche, destination les Vosges pour retrouver la petite tribu. Je vous souhaite à toutes et tous un bon dimanche.

Comme un déclic..

Pour l’atelier 197 chez Ghislaine un clic sur le logo .

Les mots : entendre, grandir, monter, défiler, subir, mériter, faire, pleurer.

un texte avec au moins 5 mots commençant par i

Isabelle ne veut plus rien entendre de cette vague qui chaque jour grandit et balaye sur son passage toute la biodiversité. Elle ne veut plus pleurer en voyant défiler les images terribles de cette faune sauvage qui toujours subit l’inconséquence de l’humain . Une juste colère monte en elle et elle se demande quoi faire pour aider à enrayer ce mal. Pas un être vivant ne mérite de disparaitre comme cela à cause des activités des hommes. Elle en a assez de se sentir impuissante devant une telle situation, elle a l’impression que l’illusion berce un certain nombre d’individus .

Comme un déclic, une idée lui vient le jour où elle trouve sur sa route un rapace blessé, un imprudent qui a mal calculé la vitesse d’une voiture. Incapable de voler, son aile anormalement basse, indique une possible fracture, l’impact en effet n’étant pas anodin . C’est décidé, elle va créer un centre pour la faune sauvage, où tous les animaux blessés pourront bénéficier de soins. Elle ne s’interdit aucune démarche pour bénéficier des subventions nécessaires pour cet installation. Elle sait qu’il va falloir être tres convaincante auprès des pouvoirs publics et des éventuels mécènes mais elle n’est pas la seule à vouloir intervenir, elle n’est pas isolée dans cette volonté d’agir. Le projet n’est pas irréalisable, dans d’autres régions se sont déjà installés de tels centres. Elle ne manque pas d’imagination, ni d’ investissement dans tout ce qu’elle entreprend, maintenant il n’y a plus qu’à s’atteler à la rédaction du projet en n’omettant pas de s’informer auprès de ceux qui l’ont mené à bien.