Un bonjour particulier

Pour l’atelier 167 de Ghislaine un clic sur le logo

Les mots :

lente, soupir, doute, raison, vouloir, temps, source, pouvoir.

Un texte sur le thème « Désirer, souhaiter »

Un texte avec des mots finissants par «  » our « 

En nous promenant l’autre jour , Mireille du Sablon et moi, autour du plan d’eau de Woippy, nous avons eu la chance d’apercevoir plusieurs cygnes qui venaient à notre rencontre. Quel plaisir de constater qu’ici ils sont de retour et en famille.

Leur progression dans l’eau n’est pas lente du tout, on dirait même qu’ils mettent le turbo pour arriver plus vite. Pas de doute, la femelle souhaite nous présenter sa progéniture. Un bonjour qui dure un certain temps car chaque jeune tient à nous saluer. Ils veulent certainement un peu plus que nos salutations réciproques pour cette marque d’attention, mais, à raison, nous n’avons pas une seule miette de pain dans les poches, source de problèmes digestifs pour ces oiseaux.

Si deux cygnons jouent à nous faire la cour, dans une pose plus que glamour, un autre sans tambour ni trompette se jette sur la main approchée. Je crois même entendre un soupir quand il constate qu’il ne peut rien trouver à manger, même sur le pourtour des doigts. Un jour, c’est promis, je reviendrai avec quelques grains de maïs et pas pour jouer à pince – mi pince – moi .

Voir aussi l’article rédigé par Mireille (clic sur le prénom) avec beaucoup d’humour .

Atelier 166 Ghislaine

Pour l’atelier 166 de Ghislaine un clic sur le logo.

Les mots :

Assez, constant, jamais, éclat, contester, hausser, passer, vivre

Son besoin de nature n’a jamais cessé, il est resté toujours aussi constant, l’obligeant à fuir la ville. Elle en a assez parlé de ce souffle, de cette respiration nécessaire , il ne contestait pas alors ce besoin impérieux . Alors, quand il lui annonce qu’il a trouvé l’appartement idéal, spacieux , en plein centre, proche de son bureau, avec une vue panoramique urbaine incroyable , elle tombe des nues .

Comment peut – il penser, ne serait – ce qu’une seconde, qu’elle pourra vivre sans fouler l’herbe tendre dès les premières lueurs du jour, sans le friselis du vent dans les branches des saules, sans l’éclat de lune se mirant dans la rivière, dans ce temple de pierre et de verre ?

Il hausse les épaules en lui affirmant que cette lubie lui passera une fois qu’elle sera installée dans ce qu’il nomme  » penthouse ».

Décidément, il n’a rien compris, bien plus qu’une nécessité, c’est une véritable passion qu’elle voue à la nature, aussi aucun argument ne résistera face à sa détermination, elle ne transigera pas.

La visite continue

Pour l’atelier 165 de Ghislaine un clic sur le logo.

Les mots : Logique, parcours, erreur, longtemps, égarer, allonger, corriger, subir.

Lors de la visite de mon ancien lycée, mon parcours s’est arrêté dans la cour de ce dernier. En toute logique vous avez remarqué que nous n’avons pas pris encore les escaliers pour accéder aux étages supérieurs. Nous allons donc remédier de suite à ce qui n’est pas une erreur ,mais une volonté de nous montrer le bâtiment sous tous ces angles.

Mais avant , nos guides nous font remarquer les vitraux, qui bien que présents depuis longtemps n’ont pas eu trop à pâtir des années. Une fois arrivés à l’intérieur, nous le constatons effectivement en montant les marches .

Nous ne risquons pas de nous égarer dans les couloirs, car nous sommes toujours bien accompagnés pour profiter au maximum de la visite. Soucieux de ne pas nous faire allonger le pas inutilement , nos guides marquent des pauses aux endroits clés , comme la salle des professeurs par exemple.

Nous allons maintenant pénétrer dans le bâtiment scientifique aperçu de l’extérieur.

Le couloir vitré, qui court sur toute la longueur du bâtiment, nous permet de voir les autres parties du lycée et aussi les nouvelles constructions qui remplacent l’hôpital Bon Secours.

Maintenant nous entrons dans les salles de physique chimie.

Quel changement par rapport à ce que nous avons connu , plus de paillasse en carrelage mais des installations tres modernes et fonctionnelles, sans oublier l’outil numérique omniprésent.

Nous voici en présence d’un ballon pour peser l’air, ne vous inquiétez pas, vous ne subirez pas d’interrogation écrite , mais vous pourrez savoir comment Marie Curie a opéré pour déterminer qu’ un litre d’air avait un poids de 1,3 gramme. Dans une autre salle vous corrigerez certainement votre vision des galvanomètres avec ceux qui vous sont présentés .

Changement de décor pour les Sciences Naturelles, de grandes planches s’affichent pour nous montrer oiseaux , poissons et autres animaux. Dans une salle sont rassemblés des moulages d’anatomie de différents organes et certains animaux naturalisés. Je découvre avec étonnement tous ces sujets que je n’ai jamais vus .

La visite se termine par deux conférences fort intéressantes sur l’historique du lycée. Une tres bonne initiative que cette participation du lycée aux journées du patrimoine, même si il y a moins à découvrir qu’au lycée Fabert ( un clic ici pour l’article de 2013), le lycée Georges de La Tour mérite vraiment la visite .

Le présent c’est selon….

Pour l’atelier 164 chez Ghislaine un clic sur le logo

Les mots : Présent, selon, avant, pourtant, porter, compter, devenir, prévenir.

et un texte avec 5 mots ou plus contenant ou finissant par ‘ Ment 

Le présent c’est selon , un régal ou un supplice au gré des jours . Avant d’avoir cette fichue sciatique, je vous aurais dit qu’il n’y a que lui qui compte . Pourtant , j’avoue qu’en ce moment je retournerais bien un peu quelques jours en arrière. Non pour voir ce que j’aurais pu entreprendre pour prévenir cette crise, mais surtout pour profiter encore plus de ces moments qui nous portent à devenir des épicuriens du moment .

Allez finalement je ne vais pas vous mentir plus longtemps , nous allons y retourner vraiment grâce aux photos que j’ai prises à Châtillon sur Chalaronne. Vous me suivez ?

Nous sommes place du champ de foire , point de marché aux bestiaux actuellement mais ce sera le point de départ pour notre promenade . Nous passons devant l’hôtel de ville qui abritait anciennement le couvent des capucins . Puis nous allons entrer dans des rues où les maisons à encorbellement médiévales sont à l’honneur . L’échoppe était installée au rez – de chaussée et le premier étage réservée à l’habitation principale .

Nous poursuivons gaillardement et arrivons près de l’église Saint André,

C’est un bâtiment de style gothique flamboyant mais qui étonne par sa sobriété extérieure.

À l’intérieur de beaux vitraux laissent passer la lumière dans la nef

L’emplacement des halles n’est pas bien loin , elles ont été construites à partir de 1440 et mesurent 80 mètres de long 20 mètres de large sur 10 mètres de haut . En cette fin de moyen âge, les marchés et foires étaient tres importants d’où cette taille imposante. Détruites pratiquement par un incendie en 1670, elles furent reconstruites grâce à la duchesse de Montpensier, comtesse de Châtillon, qui autorisa les habitants à prendre le bois nécessaire dans sa forêt .

Désolée pour les amateurs de trains miniatures , le musée était fermé lors de notre passage mais sachez qu’il existe en face des halles et propose une maquette de 200 m2.

Nous voici sur le pont de la Piétanée qui conduit aux maisons à encorbellement, son fleurissement est impressionnant comme celui de tous les ponts de la commune .

à suivre …

Atelier Ghislaine 163

Pour l’atelier 163 de Ghislaine un clic sur le logo

Les mots : Futur, raison, attente, complice, quand, lorsque, maintenant, pourquoi.

Un texte contenant , » Soudain j’ai su  » et se terminant par  » Hélas, on ne peut rien y changer »

En voyant de l’extérieur le monastère royal de Brou, soudain j’ai su que la visite allait être passionnante. Vous aurez raison de me demander pourquoi . Déjà parceque ce monument exceptionnel est né de la volonté d’une princesse européenne : Marguerite d’Autriche (1480 – 1530) fille d’empereur , duchesse de Savoie et régente des Pays Bas . Puis parcequ’il abrite un musée riche d’un certain nombre de tableaux.

Maintenant, je ne vous parlerai pas tout de suite de l’exposition « Suzanne Valadon et ses contemporaines » par laquelle nous avons commencé quand nous avons franchi la billetterie. Je sais, en ce moment je prévois beaucoup d’articles dans le futur mais il faut songer quand même à ne pas surcharger celui – ci, qui comme vous le remarquerez, est dense.

Donc lorsque nous nous sommes retrouvés dans le premier cloitre, celui des hôtes nous avons appris que le bâtiment côté porche était destiné à loger Marguerite d’Autriche et sa suite . Il est entouré au rez – de – chaussée de galeries voutées d’ogives et à l’étage de galeries plafonnées.

En liaison avec l’extérieur et la communauté des moines il accueillait des hôtes de passage.

L’église édifiée en hommage au mari défunt de la princesse , Philibert le Beau, vous laissera sans voix. La profusion de son décor, les élégants tombeaux sculptés de marbre , la toiture aux tuiles vernissées multicolores tout confère à en faire un joyau du gothique flamboyant.

Vous ne pourrez qu’échanger des clins d’œil complices en voyant les magnifiques sculptures des stalles de chêne,

le monumental baldaquin de pierre du tombeau de Marguerite, peuplé de statuettes de saints et saintes,

le tombeau de Philibert où le défunt est représenté deux fois ( une fois vivant les yeux ouverts, l’autre mort dans l’attente de la résurrection ).

Le jubé est un des rares conservé en France, il sépare le chœur de la nef et supporte un passage reliant la chapelle de la princesse à ses appartements.

Après avoir traversé les appartements de Marguerite d’Autriche nous voici au niveau du dortoir et des cellules des moines. Ces espaces abritent l’essentiel des collections de peintures mais une cellule est restée intacte

Le contraste est saisissant par rapport aux appartements du Prieur qui possèdent de grandes fenêtres , cheminées, parquets et lambris.

La hiérarchie prime, même en ce qui concerne les moines à cette époque, hélas on ne peut rien y changer ( la révolution française un peu plus tard verra les choses autrement )

Pour vous donner une idée de l’ensemble du monastère voici une maquette de la construction .

Sur le tapis de ses nuits ..

Pour l’atelier 162 chez Ghislaine un clic sur le logo.

Les mots : Tapis, brindille, obscurité, pareil, calmer, écrire, plaire, sourire. Ou un texte avec le plus possible de mots finissants par  » age « 

Un texte sur le thème  » Liberté 

Sur le tapis de ses nuits d‘orage,

Des mots brindilles à nuls autres pareils

Calment sa peur d’un futur naufrage

Ecrire, c’est faire surgir le soleil

De l‘obscurité, gommer la cage

Où s’entassent soucis et blocage.

Elle sourit , quand, surgi du sommeil,

Le verbe se plait à porter l‘image

Qui la transporte en vagabondage

Sur le rivage d’un fleuve conseil.

Cherche …

Pour l’atelier 161 chez Ghislaine les mots : Refuge, tentative, mission, lettre, écouter, venir, prendre, resonner et des mots commençant par G .

Bientôt, oui, il sera bon de passer cette annonce : Cherche refuge désespérément pour être à l’abri de la dictature du captcha. Vous savez cette petite case qu’il faut cocher et qui vous demande d’un clic de souris, geste gâchette, de prouver que vous n’êtes pas un robot en goguette. Je vous garantis des gags à gogo avant de pouvoir mettre un commentaire.

Première tentative, vous êtes sur vos gardes ? Alors écoutez bien, il va vous falloir beaucoup de doigté, une vitesse d’exécution hors pair sinon vous serez recalés. Vous êtes restés trop longtemps sur la page, alors prenez votre mal en patience car la mission va s’avérer plus que difficile.

Je connaissais les lettres à retranscrire, majuscules, minuscules, je viens de découvrir le giga système des cases à choisir. La gamme des propositions semble ne pas connaitre de limites.

Par quoi allons nous commencer aujourd’hui, le klaxon des bus va – t – il résonner, à moins que, gaillardement, les motos se mettent à pétarader sur le parcours.

Ah, mettez la gomme pour trouver les escaliers, les passages pour piétons , les bornes d’incendie. C’est géant, aujourd’hui ronde infernale, une gorgone a décidé de faire disparaitre les clics dans un gouffre. Les cartes à cocher défilent, vous n’y voyez goutte dans les photos. Là il y a bien un vélo, vous avez donc cliqué, mais il semble qu’un gros grain de sable ait enrayé le processus. De nouvelles grilles apparaissent, feux tricolores en voici en voilà. Il vous gonfle grave le captcha, car le sien de feu ne passe jamais au vert. Vous galérez, vous finissez par demander grâce et vous vous dites que vous feriez bien la grève du captcha !

Ne cherche pas la faille

Pour l’atelier 160 de Ghislaine un clic sur le logo

Les mots : Parole, charme, femme, entrain, entrevoir, imaginer, estomper, nuire.

thème  » Pensées ou au moins cinq mots contenant « ail »

Ne cherche pas la faille chez cette femme de parole,

N’imagine  pas  que  son  entrain  cache   un   détail

Qui   estomperait    son    charme,   sans  protocole,

Non, rien  ne  peut  lui  nuire, car dans  son  travail,

Vaille   que  vaille,   tu   n’es  pas  un  épouvantail,  

Elle n’entrevoit que son parcours de bénévole.

Le ruban de tes idées flotte ..

Pour l’atelier 159 de Ghislaine un clic sur le logo.

Les mots : silence, ruban, chemisier, gamine, jouer, savoir, pouvoir, miner ou inclure la phrase « tu sais ce que » ou ressenti sur l’image.

Silence, loin des cris chante la bienveillance.

Le ruban de tes idées flotte sans dissonance

Là où la gamine, au chemisier d’enfance,

Peut encore jouer sans miner son insouciance

Tu sais ce que son coeur a mis dans la balance,

Alors n’attends pas, laisse lui donc sa chance.