Un petit tour au Makerland de Bliida

Pour l’ atelier 196 chez Ghislaine un clic sur le logo .

Les mots : Salade, comme, placer, quelques, écriture, courbatures, certain, faire.

Un texte avec au moins 5 mots commençant par H,  un texte avec au moins 5 mots qui finissent par le son oir et/ou/ le son our

Comme les visites guidées pour les journées du patrimoine nécessitent une réservation plusieurs jours à l’avance, et que les horaires d’arrivée du fiston et de sa sœur ne peuvent être maitrisés totalement , le samedi après midi , nous avons préféré renouer avec la visite du makerland de Bliida.

J’étais certaine que nous allions encore une fois nous étonner de l’habileté de ces acteurs du faire soi – même. Heureusement personne ne voulait partir directement après la salade et le fromage, il ne fut donc pas question de rater la tarte aux quetsches confectionnée avec amour Quelques minutes plus tard nous roulions en direction de ces anciens hangars des TCRM réhabilités où se tenait le makerland .

La météo du jour n’était pas radieuse, par contre, même à l’extérieur, nous pouvions nous mettre à l’abri pour nous protéger des averses . De nombreux jeux étaient disponibles et les familles ne manquaient pas de les tester, aussi bien les enfants que les adultes . Pour placer l’anneau dans le nez du taureau factice, mieux vaut ne pas compter sur le hasard, tout est dans l’art de diriger son fil avec la bonne impulsion , ni trop, ni trop peu ( désolée je n’ai pas de photo à vous montrer) . Les joueurs ne craignent jamais les courbatures , j’en veux pour preuve ces infatigables cyclistes qui font tourner les cibles de cette roue géante sur laquelle sont lancées des balles.

Mais rien ne vaut les rencontres, tout le long du parcours, avec les makers, de vrais passionnés et dans des domaines aussi variés que l’art, l’écriture, la technologie numérique, la musique , la mécanique .

Des échanges vraiment très intéressants , jamais dénués d’humour , je pense particulièrement à cette présentation du graoulab, un graoully ( notre dragon messin ) impressionnant qui pourrait bientôt se promener hors les murs .

Une autre version plus petite étant présente aussi sous chapiteau .

Quant au robot, inutile de faire de longs discours, il maitrise particulièrement bien les gestes des hommes et sait reconnaitre aussi qui passe devant lui .

Qu’ y a – t – il ?

Pour l’atelier 195 chez Ghislaine un clic sur le logo .

Les mots : Envoyer, lendemain, visite, supposer, plaire, commencer, suite, autre.

et

Présent, parler, dire, voir, attention, sérieux, course, arrivée

et

un texte avec au moins 5 mots commençant par G

En me promenant dans le petit bois aux lapins en face de chez moi , je fais toujours des rencontres. Que dire de ces deux escargots en train de perpétuer l’espèce avec un sérieux non feint , sinon qu’ils ne sont pas près de franchir la ligne d’arrivée pour la course engagée avec les lapinous du coin !

Rassurez – vous, je ne garde pas toujours les yeux rivés au sol pour surprendre quelques parties fines. Non, avec Sybelle, j’ai l’habitude de rendre visite aux arbres, car c’est un terrain de jeu qui lui plait énormément. Mais attention en commençant toujours par bien observer l’écorce. J’ai remarqué en effet que celle de l’orme attire systématiquement les guêpes et les frelons. Ils sont d’abord présents autour du tronc, presqu’en vol stationnaire puis par la suite ils finissent par se poser et se glisser sous l’écorce ; je suppose qu’ils y trouvent une nourriture exceptionnelle qui fait chanter leur lendemain , car je ne vois pas cette grosse fréquentation sur les autres arbres. Je décide donc d’en savoir plus et j’en parle autour de moi, mais personne n’a jamais remarqué ce phénomène. J’envoie donc à mon ami google la question suivante :

 » Qu’ y – a – t – il sous l’écorce de l’orme ?  »

Là, j’apprends que l’écorce de l’orme a servi d’aliment de subsistance pour l’homme , que des explorateurs ont déclaré lui devoir la vie . Les amérindiens la mangeaient en période de disette. C’est l’écorce intérieure transformée en une sorte de gruau qui est consommée , garantissant l’apport nutritif et possédant de nombreuses vertus médicinales.

Ils sont malins les frelons, les guêpes et les gendarmes (que vous pouvez aussi apercevoir sur la photo) , la pluie et la grêle peuvent bien tomber, ils sont toujours les premiers à goûter ce mucilage et pas question de faire la grimace , ils se laisseraient plutôt griser par les effets toniques !

Franchement ….

Pour l’atelier 194 de Ghislaine un clic sur le logo .

Situation, couverture, recherche, affaire, intuition, suivant, sujet , jardin.

ou(et)

doute, maison, voix, expliquer, vouloir, sortir, appeler, attente.

ou(et)

Un texte avec au moins 5 mots commençants par F.

ou(et) ressenti sur

Franchement, la première fois que j’entendis en revenant du jardin , au tout début du printemps, que nous allions passer un été torride, j’avais comme un doute. La météorologie est une science du futur qui connait souvent des revers de fortune. Pourtant forte de ses recherches dans l’étude des phénomènes atmosphériques, elle ne se base pas sur une hypothétique intuition, sur des voix venues des nuages. Non, elle permet de prévoir l’évolution du temps en s’appuyant sur des données sérieuses obtenues des stations, radars et satellites. Cette fois – ci en suivant les différents médias qui abordaient le sujet, il y avait consensus pour appeler un chat un chat. Inutile d’expliquer en long et en large le comment ni le pourquoi, non seulement nous n’aurions plus besoin de couverture pour dormir, comme l’année dernière au mois d’août, mais nous aurions affaire à plusieurs canicules cette année, une situation plutôt inédite, que nous le voulions ou non.

Force est de reconnaitre que les prévisions à long terme se sont montrées parfaitement exactes. Nous ne nous sommes pas contentés de frôler les records de température nous les avons atteints, et ce, un peu partout en France, avec les conséquences que vous connaissez, des incendies gigantesques d’une fréquence incroyable, des orages extrêmement violents. La terre, notre maison brûle. Combien de temps encore mettrons nous en attente les mesures à prendre pour nous sortir un jour de cette impasse du réchauffement climatique ?

Au fil du Rhin suite 2

Pour l’atelier 193 chez Ghislaine un clic sur le logo.

Un texte avec au moins 5 mots commençants par E

Avant de continuer notre échappée belle sur le Rhin , je voudrais revenir sur ce rocher célèbre , celui de la Lorelei . Symbole du Rhin romantique ce rocher schisteux situé entre Kaub et Saint Goarshausen voit le fleuve se resserrer à ses pieds en devenant en même temps plus profond. Jusqu’au 19 eme siècle ce passage était tres risqué pour les bateaux en raison des écueils et des tourbillons. Avant de le franchir trois sons de cloche invitaient l’équipage à la prière. Je ne les ai pas entendus sur notre bateau, mais par contre j’ai pu ressentir les effets des remous. Pour preuve vous pouvez apercevoir sur une de mes photos les gouttes sur la vitre de la cabine. L’écho que produit ce rocher est interprété comme la voix des esprits. Les légendes se sont donc aisément tissées autour de la Lorelei , notamment celle d’une enchanteresse qui par sa beauté et son chant fascine le coeur des bateliers. Envoutés par la belle, ils ne prêtent pas attention aux récifs et remous et leur embarcation se brise, sombrant dans les eaux du fleuve .

Le jeune comte héritier de la Rhénanie Palatinat devient sa proie , son père ordonne de capturer ou de tuer la responsable. Lorsque les soldats l’empechent de regagner sa grotte elle appelle son père, le Rhin, au secours. D’énormes vagues bouillonnantes d’écume emportent la jeune fille . Depuis plus personne ne l’a revue. Par contre les nuits de pleine lune, on peut entendre ce chant mystérieux décrit par les poètes de l’ère romantique dont le plus connu est celui de Heinrich Heine ( traduit ici par Pierre Le Pan) .

Je ne sais dire d’où me vient
La tristesse que je ressens.
Un conte des siècles anciens
Hante mon esprit et mes sens.

L’air est frais et sombre est le ciel,
Le Rhin coule paisiblement
Les sommets sont couleur de miel
Aux rayons du soleil couchant.

Là-haut assise est la plus belle
Des jeunes filles, une merveille.
Sa parure d’or étincelle,
Sa chevelure qu’elle peigne

Avec un peigne d’or est pareille
Au blond peigne d’or du soleil,
Et l’étrange chant qu’elle chante
Est une mélodie puissante.

Le batelier sur son esquif
Est saisi de vives douleurs,
Il ne regarde pas le récif,
Il a les yeux vers les hauteurs.

Et la vague engloutit bientôt
Le batelier et son bateau…
C’est ce qu’a fait au soir couchant
La Lorelei avec son chant.

J’ai découvert qu’il a été mis en musique non seulement par Listzt (voir ici ) mais aussi par Clara Schuman(voir ici ) et initialement aussi par Friedrich Silcher (voir ici ). C’est d’ailleurs cette dernière version que nous avons pu écouter sur le bateau interprétée par une jeune chanteuse.

Juste après ce rocher nous arrivons au niveau de St Goar an der Lorelei, relié à sa ville jumelle de St Goarshausen par un bac . Les deux villes doivent leur nom à St Goar un ermite qui vécut à l’emplacement de l’actuelle collégiale de St Goar . C’est ici que se développa l’un des plus anciens monastères d’Allemagne.

Vous pouvez apercevoir à St Goarshausen , cet ancien village de pêcheurs, de coquettes maisons et en surplomb le château fort de Katz .

à suivre

Surtout …

Pour l’atelier 192 de Ghislaine un clic sur le logo .

Etablir, certain, confiance, possible,

accès, surtout, région, facile.

ou

Judicieux, important, réflexion, urgent,

première, avoir, être, seulement.

ou

1 texte avec au moins 5 mots commençant par D

Surtout là où il est possible d’établir une certaine confiance , quelque soit la région, l’accès à l’autre s’avère plus facile . Seulement il est urgent de songer à être judicieux, l’important n’étant pas d’avoir le monopole de la réflexion, ni de prendre en premier la parole mais de rester à l’écoute de l’autre .

Depuis des décennies Diane appliquait cette règle dans le rapport à autrui. Il n’y avait pas de danger qu’elle y déroge, personne ne la prendrait jamais en défaut. Jamais distante, elle ne cherchait pas à dominer dans sa relation mais à partager.

La rue est à Amiens

Pour l’atelier 191 de Ghislaine un clic sur le logo.

mode, nombre, scène, passé, proche, rituel, précision, évidence

ou un texte avec au moins 5 mots commençants par C.

********

En mode USB, le nouveau clavier me permet, après une semaine passée sur le téléphone, de convoquer à nouveau sur l’ordinateur le rituel des voyelles, une évidence à laquelle je n’étais plus habituée. Etrange quand même que les voyelles concernées par le blocage ne soient pas au nombre de six. En effet le O le A et le Y échappent à cette scène de résistance à l’écriture. Les touches sont pourtant proches les unes des autres. Je ne saurais vous dire avec précision si la touche Fn est en cause mais c’est ce qu’indiquent les forums. Je ne partirai pas à la chasse aux informations, j’ai bien cherché mais n’ai pas réussi à résoudre le problème en suivant les conseils des forums. Heureusement qu’il existe une autre solution !

Maintenant je vais pouvoir partager avec vous quelques animations vues à Amiens .

Nous sommes arrivés à Amiens le jour du festival des arts de la rue par le cirque Jules Verne, donnant lieu à de nombreuses animations dans la ville. Nous avons commencé par découvrir celles du jardin de l’évêché, plus particulièrement la Jack Box qui propose un juke -box tout à fait original puisqu’en appuyant sur un bouton , des portes s’ouvrent sur un trio de musiciens au délire communicatif .

Puis nous avons regardé concourir les différents candidats au grand rail . Dans une ambiance conviviale et pleine d’humour, nous redécouvrons ce vieux jeu de foire très populaire du début du 20e siècle. À l’aide d’un chariot de 5 kg, il faut atteindre le sommet du grand rail, long de 10 mètres et exploser le ballon de baudruche tout là-haut.

Pace Gambetta nous sommes restés un certain temps à regarder évoluer la compagnie d’ A P’Art faire. De tres belles démonstrations aussi bien au sol qu’à la corde ou aux rubans .

Puis nous nous sommes dirigés vers la cathédrale où nous avons assisté aux dernières minutes d’un autre spectacle. Juin ne manque pas d’animations à Amiens car c’est aussi le mois des rendez – vous de la bande dessinée dont j’aurai l’occasion de vous reparler.

,

Qu’il est doux …

Pour l’atelier 189 chez Ghislaine un clic sur le logo .

1 Heure, bleu, souci, cesser, côtoyer, vivre, éternité, oubli.

2 Evader, aube, nocturne, silence, humble, embellie, jouvence, ouverture.

3 un texte avec au moins 5 mots commençants par B

1 Qu’il est doux de côtoyer l’heure bleue , celle du sans souci où l’instant devient éternité. Sans cesser d’être à l’écoute du murmure constant de la nature, vivre chaque seconde pleinement, une occupation à plein temps qui jamais ne sombre dans l’oubli.

2 Dans le silence des premières heures de l’aube s’estompent avec les voiles de la nuit les peurs nocturnes . Elle arrive enfin l’embellie pour l’âme tourmentée , une vraie cure de jouvence . Loin de parader , l’esprit reste humble mais saisit cette nouvelle ouverture pour s’évader sur les chemins du coeur .

3 Sans bavure le soleil brille . Bravo Barnabé, belle leçon de boxe, tu l’as bien baladé ce bougre de Médard qui n’aime que les cieux blafards et les bruines en boucle . Beau bluffeur, brandissant billevesées et balivernes, c’est les bras ballants que maintenant il boit sa défaite.

Comme le dit le dicton :

 » Pleurs de Saint-Médard, quarante jours bousards » mais  » Le soleil de Saint Barnabé , à Saint-Médard casse le nez. »

Au fil des années .

Pour l’atelier de Ghislaine 188 un clic .

Les mots :

Clamer, ennemi, gare, nuit, mémoire, bougie, vaciller, année.

et tableau, exhiber, signe, incruster, encre, exposer, femme , œuvre

Au fil des années l’ennemi s’est incrusté sans crier gare. Il n’ exhibe pas de suite son œuvre , les signes avant coureur sont plus que discrets . Il ne clame jamais ses faits d’armes, non, il se contente de faire vaciller une à une la flemme des bougies de la mémoire et plonge progressivement ses victimes dans une nuit d’oubli. Femme , homme, peu lui importe , noir d’encre est le tableau qu’il expose sans que personne ne puisse l’en empêcher.

à l’assaut des vagues

Pour l’atelier 187 chez Ghislaine un clic sur le logo.

Les mots :

Pourfendre, estourbir, forteresse, assaut, lance, envahir, trêve, défendre.

Ange cerbère, dragon, farfadet, innocent, volonté, subir, feu

et un texte avec au moins 5 mots commençants par V.

Viviane, pompier volontaire dans le massif vosgien est l’ange gardien des forêts de résineux, une vraie vocation pour cette adepte de la varappe . Elle se transforme en véritable cerbère quand il s’agit de protéger « ses arbres » du dragon à la langue de feu qui dévore tout sur son passage. Les innocents farfadets n’ont rien à voir avec ces incendies d’été qu’elle traque inlassablement. La volonté de nuire de certains ou l’inconscience des promeneurs sont à incriminer. Mais pour l’instant, elle a troqué les pentes boisées des Vosges contre d’autres crêtes et elle compte bien les parcourir à sa guise.

En vacances pas question pour elle de lézarder sur la plage. Non, elle ne vient pas pour le farniente. C’est une guerrière qui ne vacille pas le moins du monde en partant à l’assaut des vagues du vaste océan avec sa planche de surf. Avec cette lance particulière, elle aime pourfendre la forteresse qui sans trêve dresse ses murs devant elle. Jamais elle ne laisse la peur l’envahir . Maintes fois, elle livre le combat se défendant comme un preux chevalier contre ces rouleaux qui peuvent l’estourbir . Vedette incontestée de la plage des vanesses, elle virevolte sans cesse, se lovant dans le curl et prenant le virage à toute vitesse pour revenir vers l’écume.

Anniversaire blog Ghislaine 18 ans

Tout d’abord un joyeux anniversaire à ton blog Ghislaine , je suis remontée jusqu’à cette 49 ème édition du 28 juillet 2010, je pense que c’est ma première participation.

Dans le cadre de l’atelier 49 de  Ghislaine

Le jour n’en finissait pas de mourir, les dernières lueurs faiblissaient
 plongeant la ville dans une atmosphère troublante. D’un coup sec le
clap déclencha la première prise de la caméra.

Zoom avant :

La silhouette dans la cuisine du petit pavillon de l’impasse des chats perdus n’était pas fictive, Angela se força à maitriser sa peur, l’homme qui se trouvait à l’intérieur avait forcé la porte.

Elle s’avança sur la pointe des pieds prenant soin de ne pas faire crisser les petits gravillons de l’allée. Elle stoppa  net quand elle aperçut l’homme à l’extérieur qui s’apprêtait à descendre les marches de la cave.

« Mon Dieu qu’a – t il fait ? » se surprit elle à penser. Plus curieuse qu’affolée, elle se glissa derrière le lilas et s’approcha du soupirail.

Ce qu’elle vit la sidéra …..

L’homme était en train de lire méticuleusement toutes les étiquettes des pots de confiture rangés sur l’étagère quand soudain il s’arrêta devant une gelée de groseilles et framboises de l’année. Il s’en saisit, l’ouvrit  et commença à
déguster frénétiquement  la confiture donnant  à son sourire béat une allure de vampire assouvi.

Angela se retint non sans mal d’éclater de rire et se décida enfin à appeler la police.

******

Je me suis basée sur mon écrit du 26 aout 2010 pour l’anniversaire de ton atelier de l’époque.

’ai  découvert un beau jour de juillet ton atelier  

O eil rivé sur l’ordi le jeudi c’est la lecture

Y in ou yang, les deux faces de l’écriture.

E n riant  tu nous offres dans cet univers si particulier

U n passeport pour la découverte expérimentale,

ou Y peu importe le genre, peu importe la finale

****

vec toi les mots s’écrivent en lettres capitales.

e change rien, ni la lumière, ni les dédales.

octurne ou pas je serai au rendez vous,

I l est difficile de résister à l’attrait de tes défis

V erbes et noms alors sur l’écran se bousculent

E pousant l’article, endossant la majuscule .

ien n’est aussi beau que la langue qui se confie

S a mélodie  partagée avec les fidèles ami(e)s

h le plaisir de trouver sous leur plume réunie

Il était une fois au pays …des histoires à l’infini

ires et commentaires sans hiérarchie

nfin en somme tout ce qui nous enrichit.