Jeudi poésie

Pour ce défi 267 des Croqueurs de mots, Domi reprend la barre et nous propose pour ce jeudi poésie un poème de crise de nerfs.

J’ai choisi  » Par le feu » de Serge Delaive

Par le feu

Une à une
je brûle mes photographies
Une allumette incendie
les fantômes du passe
Depuis trop longtemps
l’avenir vit de ses rentes
Les frontières de l’instant
s’évaporent en fumée
II ne restera rien

Du plus profond
dedans moi où je me noie
monte le sentiment
du passe dérisoire
projeté vers la cible
des lendemains vides

Mon amour ton regard
sur la photo qui se consume
tourne autour des années avenir
aussi je t’en supplie
dis-moi ce que tu vois
dis-moi avant les flammes
la sale gueule de demain


Et si rien

goûte la cendre.

Publié par

giselefayet

Mots , images , mouvements, impressionnent ma plaque sensible et la communication en est le révélateur le plus puissant . Citation favorite : " Être libre ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaines , c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres." Nelson Mandela

17 réflexions au sujet de “Jeudi poésie”

  1. je découvre… ce très bon choix pour illustrer le thème pas facile de la semaine !
    tout brûler un jour de crise…on peut le regretter ensuite …

    J’aime

  2. Voilà un poète qui se débarrasse du passé d’une façon radicale, enflammée….Une découverte intéressante en ce jour, Jazzy.
    Bises et bonne après- midi.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s