Jeudi poésie

Jeanne ( clic) à la barre du bateau des croqueurs de mots pour la quinzaine nous propose comme thème : une journée ordinaire ( suite des jours , quotidien) .

La décalcomanie Magritte

Carrousel des jours

***

Lundi , le premier à saluer la semaine,

Egrène ses heures en attendant minuit.

Mardi, alors sans crier gare, enchaine

La symphonie d’un jour qui sans faille suit.

Tapi dans l’escalier du temps, le mercredi

Attend sagement son tour sans aucun bruit.

Puis frapp’ à la port’ l’infatigable jeudi ,

Pressé d’ obtenir de suite son sauf conduit.

Alors arriv’, cahin-caha, le vendredi,

Tout heureux de s’approcher enfin de la nuit,

De la ronde des minutes du samedi.

Le dimanche garde la cadenc’ et poursuit

Le carrousel des secondes jusqu’au lundi .

*****

Et un poème de Jacques Prévert que j’aime beaucoup.

Déjeuner du matin

Il a mis le café
Dans la tasse
Il a mis le lait
Dans la tasse de café
Il a mis le sucre
Dans le café au lait
Avec la petite cuiller
Il a tourné
Il a bu le café au lait
Et il a reposé la tasse
Sans me parler

Il a allumé
Une cigarette
Il a fait des ronds
Avec la fumée
Il a mis les cendres
Dans le cendrier
Sans me parler
Sans me regarder

Il s’est levé
Il a mis
Son chapeau sur sa tête
Il a mis son manteau de pluie
Parce qu’il pleuvait
Et il est parti
Sous la pluie
Sans une parole
Sans me regarder

Et moi j’ai pris
Ma tête dans ma main
Et j’ai pleuré

Jacques Prévert, Paroles, 1946