Sur le tapis de ses nuits ..

Pour l’atelier 162 chez Ghislaine un clic sur le logo.

Les mots : Tapis, brindille, obscurité, pareil, calmer, écrire, plaire, sourire. Ou un texte avec le plus possible de mots finissants par  » age « 

Un texte sur le thème  » Liberté 

Sur le tapis de ses nuits d‘orage,

Des mots brindilles à nuls autres pareils

Calment sa peur d’un futur naufrage

Ecrire, c’est faire surgir le soleil

De l‘obscurité, gommer la cage

Où s’entassent soucis et blocage.

Elle sourit , quand, surgi du sommeil,

Le verbe se plait à porter l‘image

Qui la transporte en vagabondage

Sur le rivage d’un fleuve conseil.

Le tableau du samedi

Pour le  tableau du samedi initié par Lady Marianne et poursuivi par Lilou et Fardoise un clic sur le logo.

Pour ce thème du bleu, judicieusement proposé par Fardoise pour cet été enfin revenu , je vous propose une œuvre de René Magritte intitulée :

Le Chef d’œuvre ou les mystères de l’horizon ( 1955)

Que voyons nous ? Trois hommes au chapeau melon, avec trois lunes qui se dessinent au dessus de leur tête dans un ciel indigo. La terre aussi se teinte de cette même couleur bleutée, comme si la nuit n’avait qu’elle à disposition. À l’horizon, une ligne plus claire laisse apparaitre les toits d’un village et les silhouettes de quelques arbres.

Ces trois hommes, qui sont pourtant sur le même plan, semblent habiter un espace différent, chacun dans une réalité qui lui est propre. Le premier regarde droit devant lui , le second est légèrement tourné vers la gauche et le troisième vu de profil tourne le dos aux deux autres. On peut se demander si ces trois hommes n’en font en réalité qu’un, vu à des moments différents. Une sorte de miroir, à plusieurs facettes de cet homme au chapeau melon, souvent représenté chez Magritte, comme par exemple dans le tableau « les rêveries du promeneur solitaire » ou celui de « Décalcomanie ».

Toutes les interprétations sont possibles, car visible et invisible se côtoient. Je vous laisse libre de choisir celle qui vous plait le mieux. En tout cas, j’aime beaucoup ce surréalisme qui nous parle de nos images mentales et du décalage qui peut exister avec la réalité.

« Je veille, dans la mesure du possible, à ne faire que des peintures qui suscitent le mystère avec la précision et l’enchantement nécessaire à la vie des idées » Précise René Magritte