Clic – clac

Le Clic Clac  chez Tortue ( clic)  , c’est une photo publiée le vendredi pourvu qu’elle soit rigolote, insolite, amusante, poétique, anodine.

Je vous propose de retourner à Heidelberg sur la Richard Hauser Platz , vous y trouverez cette sculpture en bois adossée à un arbre, juste en face de l’église des Jésuites. Je sais que cette église possède un musée d’art sacré, mais je n’ai aucune information sur cette œuvre. Je l’ai trouvée particulièrement bien placée et en osmose avec son environnement immédiat.

Publicité

Heidelberg suite

Avant de partir pour le centre ville d’Heidelberg, profitons un peu du panorama depuis le château. Vous pouvez apercevoir les deux tours de la porte du pont Karl Theodor qui traverse le Neckar , l’église du St Esprit construite de 1398 à 1515.

En triant mes photos et en voyant le guide devant une représentation de Perkeo , je m’aperçois que j’ai oublié de vous parler de Perkeo , originaire du Tyrol que Charles III Philippe, électeur du Palatinat, avait engagé comme bouffon de la cour au 18ème siècle. Reconnaissable à sa très petite taille, Perkeo était aussi connu pour sa capacité à boire beaucoup : On raconte qu’il buvait plus d’une dizaine de litres de vin par jour et, même, qu’il aurait bu en une seule fois le grand baril de vin de Heidelberg (soit 200 000 litres) et serait tombé ivre dans le tonneau géant où il se serait noyé. D’ailleurs, son surnom « Perkeo » viendrait du fait qu’à chaque fois qu’on lui proposait un verre de vin il répondait en italien, sa langue maternelle, « perché no ? » (Pourquoi pas ?). Une autre légende dit que la mort de Perkeo ne serait pas liée à son alcoolisme déchaîné mais qu’il se serait tué en buvant un verre d’eau qu’il pensait être rempli de vin.

Perkeo a réellement existé : de son vrai nom Clemens Pankert, le petit bouffon avait était choisi par l’Electeur pour ses connaissances en œnologie et pour son humour. Il était notamment chargé de surveiller les barils de vin géants qui se situaient dans les caves du château de Heidelberg. Le personnage était très apprécié par la cour, d’ailleurs, une statue à son effigie lui fut dédiée de son vivant.

Toujours représenté avec un uniforme aux couleurs vives et les grosses clefs de la cave à vin accrochée à la ceinture de son pantalon, Perkeo est souvent encore aujourd’hui présent lors du carnaval de Heidelberg.

Nous voici maintenant dans la vieille ville d’Heidelberg, nous suivons toujours notre guide qui nous laissera quartier libre une fois arrivés devant l’église du St Esprit, place du marché . Non sans nous avoir montré les différentes représentations de la vierge Marie sur cette église et dans la rue. L’église du Saint-Esprit est connue pour avoir abrité la bibliothèque palatine  et pour son histoire confessionnelle mouvementée en relation avec l’histoire de Heidelberg. De 1706 à 1936, l’intérieur de l’église était séparé en deux parties par un mur. Le chœur était catholique et le reste protestant. Depuis 1936, l’ensemble de l’église appartient à l’Eglise évangélique du pays de Bade.

Comme vous pouvez le constater sur les photos , Heidelberg est une ville très animée même quand ses étudiants ne sont pas présents.

Au fil du Rhin, escapade à Heidelberg

Là, je vous vois de suite tiquer. Depuis quand Heidelberg se trouve – t – elle au bord du Rhin? Notre bateau se serait -il transporté sur le Neckar comme par magie ? Avec une escale prévue à Mannheim ( voir la photo ci – dessous) ,

on peut envisager cette possibilité, mais c’est par le bus que nous nous y sommes rendus . Ce qui nous a permis de visiter le château et aussi une partie de la ville .

Je passerai rapidement sur Mannheim qui est surtout connue comme une ville industrielle du Bade Wurtemberg. BASF le plus grand groupe chimique allemand a été fondé à Mannheim.

Mais laissons là la chimie pour retrouver l’histoire en nous intéressant à la visite du jour le château de Heidelberg . N’oubliez pas de cliquer sur les photos.

L’histoire du château de Heidelberg remonte au 13e siècle, lorsque les électeurs palatins ont fait construire un château à Heidelberg.

Doté de tours, de casemates et d’un fossé de contournement fortifié, le château a été construit en 1300 et pendant les quatre cents années suivantes a servi comme une sorte de carte de visite pour les Électeurs du Palatinat. Au cours des siècles suivants, le site a été transformé en un château qui ravit aujourd’hui les visiteurs du monde entier par son architecture Renaissance. Pendant la guerre de Trente Ans, les murs historiques ont été la cible de tirs : malgré plusieurs tentatives de reconstruction, le château de Heidelberg reste en ruines à ce jour. Deux foudroiements au XVIIIe siècle ont contribué à son délabrement.

Vous pouvez reconnaitre dans les photos présentes ci – dessus Frédéric IV dans la galerie des ancêtres de l’aile Frédéric du château . Grand amateur de musique, l’électeur Frédéric IV pensionna le compositeur Andreas Raselius et le luthiste Charles Bocquet. Tout au long de son règne, Frédéric IV poursuivit la construction de son château de Heidelberg. C’est de cette époque que date l’aile Frédéric.

Frédéric IV a laissé une réputation de gros buveur de vin ; son intempérance faisait craindre à ses contemporains que, mourant avant l’âge, il ne laissât aucun héritier majeur à sa mort, précipitant ses sujets dans un nouveau conflit de succession. Du reste, il mourut en 1610 « des suites de son style de vie extravagant », et fut inhumé dans l’église du Saint-Esprit de Heidelberg. La taille du tonneau que vous apercevez aussi sur les photos est une preuve de ses grands besoins !

Pour en savoir plus sur son histoire je vous invite à cliquer ici

à suivre ….

Clic -clac

Le Clic Clac  chez Tortue ( clic)  , c’est une photo publiée le vendredi pourvu qu’elle soit rigolote, insolite, amusante, poétique, anodine.

En anticipant l’escale à Mannheim et la visite d’Heidelberg, une étonnante découverte à l’intérieur de l’église des Jésuites d’Heidelberg. Si quelqu’un peut me renseigner sur le symbole qu’elle véhicule, j’en serai ravie.