Le tableau du samedi

Pour le  tableau du samedi, initié par Lady Marianne et poursuivi par Lilou et Fardoise, un clic sur le logo.

J e réédite cette nativité de Georges de La Tour , un de mes peintres préférés , où la lumière est au coeur du tableau , celle qui nous manque tant en ce moment.

Fichier:Georges de La Tour - Nouveau-né - Musée des Beaux-Arts de Rennes.jpg

Le nouveau-né (Musée des beaux arts de Rennes)

Influencée tout d’abord dans mon choix parceque j’ai fait mes études au lycée Georges de La Tour à Metz. J’ai pu en effet contempler une reproduction d’un de ses tableaux tous les jours en franchissant les escaliers menant aux salles de classe. 

La toile représente trois personnages qui se dégagent sur un fond neutre de couleur noire, dans un cadrage serré. L’éclairage de la scène, provient d’une source artificielle qui est placée à l’intérieur de la composition mais qui demeure invisible. Il s’agit ici d’une chandelle, dont la flamme est cachée par la main d’une femme. La couleur est posée en grands aplats : la palette du peintre est discrète, sans contrastes brutaux, et se limite à des teintes rouges, brunes et blanches dont l’intensité varie selon l’éclairage, participant de l’économie de moyens dont fait preuve l’ensemble.

Ste Anne éclaire la scène à la bougie, sa main cachant la flamme. Son  visage  apparait d’une douceur infinie, comme celui de sa fille Marie.  L’enfant Jésus est le plus éclairé et ses traits sont remarquablement réalistes.

File:Georges de La Tour - The New-born (detail, Musée des Beaux-Arts de Rennes).jpg

La toile est datée des années 1645-1648, sans qu’il y ait de consensus parmi les historiens de l’art pour plutôt l’une ou l’autre des dates. Le Nouveau-né constitue en tout cas l’une des œuvres les plus importantes de Georges de La Tour non seulement par la qualité du tableau lui-même mais également parce qu’il fut parmi les toutes premières peintures à avoir été rendus au peintre lorrain lors de sa redécouverte au début du XXéme  par le critique d’art allemand Hermann Voss. En 1915, dans un article pionnier, celui-ci attribue correctement Le Nouveau-né ainsi que deux autres tableaux du musée de Nantes à un artiste jusqu’alors complètement oublié, Georges de la Tour.

Le tableau était entré dans les collections du musée des Beaux-Arts de Rennes en 194 grâce aux saisies révolutionnaires des biens des émigrés. Il était alors attribué à un peintre hollandais, Godfried Schalken . Plus tard, il fut considéré comme une œuvre des Frères Le Nain, attribution encore en vigueur lorsque Voss rendit la toile à Georges de La Tour.

Lors de l’été 2015, la toile quitte Rennes pour Vic sur Seille pour l’exposition Georges de La Tour, le retour à la lumière qui se tient jusqu’au 20 septembre.

La visite continue

Pour l’atelier 165 de Ghislaine un clic sur le logo.

Les mots : Logique, parcours, erreur, longtemps, égarer, allonger, corriger, subir.

Lors de la visite de mon ancien lycée, mon parcours s’est arrêté dans la cour de ce dernier. En toute logique vous avez remarqué que nous n’avons pas pris encore les escaliers pour accéder aux étages supérieurs. Nous allons donc remédier de suite à ce qui n’est pas une erreur ,mais une volonté de nous montrer le bâtiment sous tous ces angles.

Mais avant , nos guides nous font remarquer les vitraux, qui bien que présents depuis longtemps n’ont pas eu trop à pâtir des années. Une fois arrivés à l’intérieur, nous le constatons effectivement en montant les marches .

Nous ne risquons pas de nous égarer dans les couloirs, car nous sommes toujours bien accompagnés pour profiter au maximum de la visite. Soucieux de ne pas nous faire allonger le pas inutilement , nos guides marquent des pauses aux endroits clés , comme la salle des professeurs par exemple.

Nous allons maintenant pénétrer dans le bâtiment scientifique aperçu de l’extérieur.

Le couloir vitré, qui court sur toute la longueur du bâtiment, nous permet de voir les autres parties du lycée et aussi les nouvelles constructions qui remplacent l’hôpital Bon Secours.

Maintenant nous entrons dans les salles de physique chimie.

Quel changement par rapport à ce que nous avons connu , plus de paillasse en carrelage mais des installations tres modernes et fonctionnelles, sans oublier l’outil numérique omniprésent.

Nous voici en présence d’un ballon pour peser l’air, ne vous inquiétez pas, vous ne subirez pas d’interrogation écrite , mais vous pourrez savoir comment Marie Curie a opéré pour déterminer qu’ un litre d’air avait un poids de 1,3 gramme. Dans une autre salle vous corrigerez certainement votre vision des galvanomètres avec ceux qui vous sont présentés .

Changement de décor pour les Sciences Naturelles, de grandes planches s’affichent pour nous montrer oiseaux , poissons et autres animaux. Dans une salle sont rassemblés des moulages d’anatomie de différents organes et certains animaux naturalisés. Je découvre avec étonnement tous ces sujets que je n’ai jamais vus .

La visite se termine par deux conférences fort intéressantes sur l’historique du lycée. Une tres bonne initiative que cette participation du lycée aux journées du patrimoine, même si il y a moins à découvrir qu’au lycée Fabert ( un clic ici pour l’article de 2013), le lycée Georges de La Tour mérite vraiment la visite .