Défi n° 256 des croqueurs de mots

Colette à la barre des croqueurs de mots ( clic sur le logo ) nous dit :

Pour le lundi 15 novembre, à partir de phrases de chansons , n’importe lesquelles, d’un ou de plusieurs chanteurs, sur l’automne ou le thème de votre choix, assemblez ces phrases pour en faire un texte cohérent.

J’aimerais tant que tu te souviennes

Des jours heureux où nous étions amis. ( Montand)

À la faveur de l’automne revient cette douce mélancolie (Tété).

La feuille d’automne, emportée par le vent,
En ronde monotone, tombe en tourbillonnant ( Jacqueline Debatte , reprise par Cabrel)

Tout suffocant et blême, quand sonne l’heure,
Je me souviens, des jours anciens et je pleure ( Verlaine repris par Trenet , )

Je voudrais mourir mille vies, mille trépas
Et naufrager au bout de la nuit qui viendra (Alain Barrière)

Ma ville s’endort en ton absence
Mais dis-moi quand reviendras-tu? ( Isabelle Boulay )

Voilà combien de jours, voilà combien de nuits,
Voilà combien de temps que tu es reparti,
Tu m’as dit cette fois, c’est le dernier voyage,
Pour nos cœurs déchirés, c’est le dernier naufrage, (Barbara)

Et je reste plantée là, déracinée de toi
J’ai froid, j’ai froid
J’ai froid de ne plus me pencher sur ton épaule
Je suis un saule inconsolable. ( Isabelle Boulay)

Tu étais formidable, j’étais fort minable
Nous étions formidables
Formidable
Tu étais formidable, j’étais fort minable
Nous étions formidables ( Stromae )

Hey quand les peines reviennent
De nos amours anciennes
Je connais bien la saison
Oui c’est vrai que l’on se prend tous des beignes
On pleure, on rit, on saigne
On la connaît la chanson ( Christophe Maé )

Espérer, attendre, craindre… les erreurs, le désarroi
Douter, pardonner et croire… ivresse et larmes de joie
Si ces émotions étranges m’étaient toutes inconnues
Que dans tes bras je m’endorme, je dirais « J’ai tout vécu » ( Frédéric Mey )