C comme …

Pour l’atelier 199 de Ghislaine un clic sur le logo

Sujet 1

Pluie, automne, chemin, avancer, coucher, couler, temps, voir

Sujet 3 

un texte avec au moins 5 mots commençant par H

 Sujet 4

 Un texte avec au moins 5 mots qui finissent

par le son ique ou aque,

Mercredi dernier, je vous présentais des rencontres d’automne à haut risque dans la forêt vosgienne( ici) ; je tiens quand même à vous rassurer aujourd’hui en vous montrant que la pluie et la chaleur cumulées n’engendrent pas que des champignons toxiques. Ce serait démoniaque s’il n’était possible de voir que certaines espèces, non comestibles dans les bois. Aussi me suis – je dit qu’il fallait que je couche d’autres photos cette fois ci.

Dimanche, en prenant le chemin derrière la maison, nous remarquons que la sècheresse fatidique est maintenant hors jeu. Habile à franchir pierres et branchages, l’eau prend le temps de remplir la moindre anfractuosité avant de continuer à couler inexorablement vers la Moselle. Point n’est besoin de s’avancer beaucoup dans le sous bois, de couvrir des hectares, pour trouver les premiers champignons.

Passons sur ce phallus impudicus aux relents méphitiques, appelé encore satyre puant, rencontré tout à fait par hasard, c’est promis . Tout d’abord les cèpes aperçus dépassent largement la date de péremption, en harmonie avec les feuilles tombées ils nous font regretter de ne pas être venus plus tôt. Puis, c’est le premier exemplaire trouvée par notre fille , un spécimen authentique d’une taille respectable , un tantinet dynamique du pied .

Je vous sens critique , un seul pour vous tous ? Mais non, après quelques doutes sur d’éventuels petits frères et sœurs , nous tombons sur un lieu magique , où les cèpes se hissent au dessus de la mousse . Inutile de préciser que nous nous sommes régalés avec notre cueillette.

Publicité